Réforme des retraites : Macron temporise, une satisfaction pour la CFDT

Réforme des retraites : Macron temporise, une satisfaction pour la CFDT

Le chef de l'Etat a déclaré lundi que cette refonte du système des retraites devrait être relancée mais uniquement lorsque les conditions sanitaires seraient réunies.

Réforme des retraites : Macron temporise, une satisfaction pour la CFDT
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Une satisfaction pour les syndicats et le patronat ! La réforme des retraites en France a été "clairement renvoyée" après l'élection présidentielle du printemps 2022, a estimé ce mardi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat a déclaré hier soir que cette refonte du système des retraites, l'une des promesses phares de sa campagne de 2017, devrait être relancée, mais uniquement lorsque les conditions sanitaires seraient réunies.

Tant l'épidémie ne sera pas sous contrôle"

"Dès que les conditions seront réunies, nous devrons engager la réforme des retraites... Parce ce que nous vivons plus longtemps, il nous faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard. Je demande au gouvernement de Jean Castex de travailler avec les partenaires sociaux dès la rentrée, mais je ne lancerai pas cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée", a déclaré Emmanuel Macron.

"C'est une réforme qui est clairement renvoyée à après la présidentielle et c'est une position de sagesse", a commenté Laurent Berger sur France 2. "On va pouvoir dire ce qu'on pense à l'ensemble des candidats potentiels. Il n'y a aucune voie de passage à l'automne pour une réforme sur les retraites."

Contre l'assurance-chômage

Le secrétaire général de la CFDT a également réitéré son opposition à la réforme de l'assurance-chômage, que le président de la République a promis de mettre en oeuvre le 1er octobre, malgré la suspension du Conseil d'Etat.

"Je rappelle que le Conseil d'Etat doit encore se prononcer au fond de cette réforme pour voir si elle est conforme", a dit Laurent Berger, en dénonçant un texte "injuste" et "un petit brin de populisme" dans les propos du président de la République au sujet des chômeurs...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !