»
»
»
Consultation

Réforme de l'assurance-chômage : annonces attendues ce midi !

Réforme de l'assurance-chômage : annonces attendues ce midi !

La dégressivité des allocations des cadres, le durcissement des conditions du droit à indemnisation, ou la révision des règles permettant de cumuler un emploi et le chômage sont au menu...

Réforme de l'assurance-chômage : annonces attendues ce midi !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouvernement doit présenter mardi midi son plan de réforme de l'assurance chômage. Le but est d'économiser 1 à 1,3 milliard d'euros par an pendant trois ans. La réforme devrait être mise en oeuvre par une série de décrets qui seront publiés pendant l'été...

"Le chômage baisse, il a même atteint son plus bas niveau depuis 10 ans (...) pour autant, nous n'en avons pas fini avec un chômage de masse qui enferme dans la précarité, qui lamine des familles et des territoires", a fait valoir le Premier ministre Edouard Philippe mercredi dans son discours de politique générale.

Moins d'allocations pour les cadres

Les mesures qui seront annoncées mardi doivent aussi permettre d'accélérer le désendettement de l'Unédic, l'organisme chargé de la gestion de l'assurance chômage - sa dette devrait culminer à 37,6 milliards d'euros en 2020. Le plan s'attaque également à certaines règles considérées par le gouvernement comme encourageant les abus.

Parmi les mesures qui ont filtré dans la presse, figurent la dégressivité des allocations des cadres, le durcissement des conditions du droit à indemnisation, le rechargement des droits rendu plus difficile ou encore la révision des règles permettant de cumuler un emploi et le chômage.

Ca coince autour du "bonus-malus"

Le gouvernement entend par ailleurs limiter la précarité au travail en introduisant un "bonus-malus". Ce dispositif pénaliserait les entreprises considérées comme ayant recours trop souvent aux contrats de courte durée en augmentant leurs cotisations chômage - elles représentent aujourd'hui à 4,05% de leur masse salariale. Les entreprises jugées "vertueuses" verraient leurs cotisations diminuer...

Ce mécanisme, promesse d'Emmanuel Macron, a été le point de crispation majeur qui a fait avorter les négociations entre organisations syndicales et patronales en février et contraint le gouvernement à reprendre la main.

Pour les organisations patronales (Medef, CPME et U2P), le bonus-malus ne limitera pas la précarité. Les entreprises concernées, dans l'hôtellerie et la restauration, notamment, sont selon elles incapables d'embaucher à durée indéterminée pour des raisons liées à leur activité.

Efforts

Le mécanisme du bonus-malus ne concernera toutefois que les cinq à dix branches qui ont le plus recours aux contrats courts. C'est une "bonne nouvelle", a dit le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. Les syndicats craignent, eux, une réforme inéquitable...

"On va demander des efforts à l'ensemble des demandeurs d'emploi", alors que ce même effort ne sera demandé "qu'à quelques-unes" des entreprises qui abusent de la précarité, a déclaré vendredi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger sur BFMTV. "Je crains qu'en se cachant derrière l'idée de réduire la précarité (...), on tape sur les plus précaires. C'est inacceptable pour nous", a-t-il dit...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com