»
»
»
Consultation

Référendum d'initiative citoyenne : Macron tranchera...

Référendum d'initiative citoyenne : Macron tranchera...

Cette revendication des Gilets jaunes qui doit permettre de débattre des prochaines réformes pourrait aboutir dans les prochains mois...

Référendum d'initiative citoyenne : Macron tranchera...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le référendum d'initiative citoyenne (RIC) demandé par les "Gilets jaunes" fait son chemin au sein du gouvernement.... Alors que le fameux grand débat sur les prochaines réformes devrait avoir lieu jusqu'en mars, certains ministres ont d'ores et déjà donné leur avis sur ce procédé.

Certains ministres plutôt favorables

Invité sur France Inter jeudi, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a clairement fait comprendre que, selon lui, il fallait aller dans ce sens : “Le référendum, c'est la parole qui est donnée au peuple, quelle que soit la façon dont on la donne au peuple, moi je suis favorable à ce référendum d'initiative civique”.

Un avis partagé par un autre membre du gouvernement, également issu de la droite avant l'élection d'Emmanuel Macron, Gérald Darmanin. Le ministre de l'Action et des Comptes publics s'est dit favorable à la mise en place du RIC, une décision qui, rappelle-t-il, sera prise ou non par le chef de l'Etat...

Plutôt un référendum à questions multiples ?

Ce référendum d'initiative citoyenne, qui est donc l'une des revendications du mouvement des "Gilets jaunes", pourrait notamment être évoqué par le président de la République dans la lettre qu'il a prévu d'adresser aux Français.

Ce mode de décision n'est pas inconnu d'Emmanuel Macron puisqu'il en avait déjà parlé au cours de son discours au Congrès en juillet 2017. Il l'envisageait afin de mener à bien la grande réforme des institutions...

C'est pour l'instant un référendum à questions multiples qui serait envisagé afin d'éviter qu'une question unique se transforme en vote sanction contre le l'exécutif... Selon Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, il ne faudrait pas utiliser cette nouveauté sur tous les sujets. "Je ne suis pas favorable à des consultations qui seraient des sources de division”, affirmait-il jeudi sur BFM TV.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com