»
»
»
Consultation

Rassemblement National ferme un tiers des permanences

Rassemblement National ferme un tiers des permanences

Les caisses du parti d'extrême droite sont vides... La sanction concernant le travail des assistants parlementaires a mis le parti dans une situation très inconfortable !

Rassemblement National ferme un tiers des permanences
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a fait sa rentrée politique ce vendredi, son parti paraît bien mal en point. France Inter et 'Le Parisien' révèlent ainsi que le Rassemblement National a dû fermer un tiers de ses permanences dans l'Hexagone...

Une rentrée compliquée

Sans argent, le parti d'extrême-droite a perdu ses relais dans plusieurs départements, notamment en Corse, dans les Vosges et dans le Morbihan.

Le RN ne leur reverse en effet depuis quelques temps plus un seul centime et donc les adhérents se sont également enfuis... France Inter affirme même que certains élus payent eux-mêmes leurs tracts et leurs déplacements depuis quelques temps déjà...

A la rentrée, une grande université d'été était prévue à Fréjus pour lancer réellement le Rassemblement national, dont le nom n'existe que depuis quelques mois seulement... Finalement, Marine Le Pen se contentera d'un simple meeting.

Un "trou" de 2 millions d'euros dans la caisse

Les soucis financiers du Rassemblement National sont en grande partie dus à la saisie judiciaire de 2 millions d'euros d'aides publiques qui a eu lieu en août... Une sanction qui a été prise à la suite d'une enquête menée sur le travail des assistants au Parlement européen. Le parti a fait appel de cette décision, et le 26 septembre prochain, il sera fixé sur son avenir.


La justice française soupçonne en effet la formation d'avoir mis en place un système frauduleux pour rémunérer ses permanents avec des deniers européens. Le Parlement européen estime le préjudice à 7 millions d'euros pour la période 2009-2017.

“En confisquant notre dotation publique sans jugement sur cette pseudo-affaire des assistants, les juges d'instruction nous appliquent la peine de mort 'à titre conservatoire'. La volonté d'assassiner le premier parti d'opposition est un coup de force inédit contre la démocratie !”, avait réagi vigoureusement Marine Le Pen, début juillet, sur Twitter...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com