»
»
»
Consultation

Professions réglementées : et maintenant les vétérinaires ou les serruriers ?

Professions réglementées : et maintenant les vétérinaires ou les serruriers ?

Au total, 37 métiers seraient cités dans le rapport de l'Inspection générale des finances.

Professions réglementées : et maintenant les vétérinaires ou les serruriers ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les fuites se poursuivent autour du rapport de l'Inspection générale des Finances, consacré aux professions réglementées... Les huissiers, les greffiers des tribunaux, les avocats, certaines professions de santé, les opticiens ou encore les prothésistes dentaires avaient déjà été cités dans la presse comme susceptibles d'être dans le viseur de Bercy. D'après l'AFP, la liste serait encore plus longue avec par exemple les serruriers, les vétérinaires, ou les responsables d'auto-écoles...

Selon l'agence, le rapport préconise de libéraliser et d'ouvrir à la concurrence "pas moins de 37 professions 'réglementées', c'est-à-dire protégées par des restrictions d'accès (exigence de diplômes, nécessité de racheter une charge ou une licence etc...), des monopoles sur certains actes, ou des tarifs réglementés, des barrières décidées à l'origine pour des raisons d'intérêt général".

Loi de croissance et de pouvoir d'achat

Arnaud Montebourg a annoncé le 10 juillet qu'une "loi de croissance et de pouvoir d'achat" serait préparée dans le courant de l'été avec l'objectif de restituer 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français. Le ministre de l'Economie propose notamment de réformer "de nombreuses professions en situation de monopole" qui "captent par leur position des revenus pour des services payés trop chers qui entament le pouvoir d'achat des ménages".

Actions à prévoir

En face, les intéressés préparent la riposte, avec des actions dès la rentrée. "Des évolutions sont nécessaires mais il faut en discuter calmement, point par point", déclarait ce weekend Michel Chassang, médecin et président de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL), dans les colonnes du 'JDD'. Selon un rapport de l'Inspection générale des finances(IGF), commandé par l'ex-ministre de l'Economie Pierre Moscovici et relayé ces dernières semaines dans la presse, notamment dans 'Les Echos', une réforme des professions réglementées pourrait faire baisser de 10 à 20% les prix des services délivrés.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com