Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Près de la moitié des entreprises nouvelles ne passent pas le cap des 5 ans

Près de la moitié des entreprises nouvelles ne passent pas le cap des 5 ans

Dans une étude détaillée, l'INSEE démontre que près de la moitié des créateurs d'entreprises mettent la clef sous la porte 5 ans après le lancement de leur société...

Près de la moitié des entreprises nouvelles ne passent pas le cap des 5 ans
Crédit photo © Reuters

"Un peu plus de la moitié des entreprises créés en 2002 existent toujours en 2007". Telle est la conclusion d'une étude réalisée par l'INSEE, qui démontre a contrario que près de la moitié des créateurs d'entreprises mettent la clef sous la porte 5 ans après leur constitution.

(Boursier.com) — En 2002, 215.000 entreprises ont été créées, selon cette étude de Sandra Déprez, du pôle Démographie des entreprises et des établissements de l'INSEE. En 2007, 52% d'entre elles étaient toujours actives. "Si le duo entrepreneur-entreprise n'existe plus au bout de cinq ans, cela ne signifie pas nécessairement que l'activité économique a cessé : des entreprises font l'objet d'une reprise ; certains entrepreneurs cessent leur activité du fait d'une mise en règlement judiciaire ou pour anticiper l'échec économique, d'autres pour des raisons plus personnelles", explique la rédactrice de l'enquête, qui souligne que de nombreux facteurs influent sur la pérennité d'une structure.

Le secteur d'activité est l'un de ces critères. Si 25% des entreprises créées en 2002 étaient des commerces, seuls 46% d'entre eux étaient toujours debout en 2007. A contrario le secteur des services aux entreprises, qui représente plus de 20% des créations, affiche une meilleure pérennité avec 54% de viabilité sur 5 ans. L'étude de l'INSEE montre également que la longévité de l'entreprise est souvent liée à l'importance des investissements réalisés au début de sa vie. "Les entreprises créées avec au moins 80.000 euros d'investissement sont, toutes choses égales par ailleurs, 1,7 fois plus souvent actives en 2007 que celles créées avec moins de 2.000 euros", explique Sandra Déprez, qui concède cependant que "dans la réalité", 21% des entreprises démarrent avec moins de 2.000 euros, et seulement 14% avec au moins 40.000 euros. Autre critère de distinction, la forme juridique : 59% des sociétés existent toujours 5 ans après, contre 47% seulement des entreprises individuelles.

Un autre élément déterminant de la réussite est le profil du créateur, de sa formation à son expérience professionnelle. C'est sans grande surprise qu'on apprend que 60% des entreprises atteignent le cap des 5 ans quand le créateur a exercé pendant au moins dix ans un métier proche de l'activité concernée, contre 51% de celles dont le métier du créateur était différent et 48 % quand il était sans expérience professionnelle. L'INSEE montre également que, quel que soit le secteur d'activité, le niveau du diplôme est lié à la réussite. Lorsque l'entrepreneur est diplômé de l'enseignement supérieur (c'est le cas de 32% des créateurs), il y a six chances sur dix pour que son entreprise atteigne le cap des 5 ans.

En outre, l'expérience acquise avec l'âge paie : les entreprises créées par les moins de 30 ans ont statistiquement 46% de chances de rester en vie après 5 ans, contre 54% des entreprises créées par les 30 / 50 ans. Quant à vous mesdames, qui ne représentez que 27% des créations, vos entreprises ont en moyenne 49% de chance d'être viables 5 ans après, contre 53% aux messieurs. "Cette différence observée entre les hommes et les femmes est confirmée toutes choses égales par ailleurs. Les moyens financiers investis, l'expérience professionnelle, le diplôme... n'expliquent donc pas entièrement ces moins bons résultats", indique Sandra Déprez, qui estime que "des éléments extérieurs à l'entreprise", la compatibilité entre vie familiale et vie professionnelle peut-être "sont donc peut-être également à l'origine de cette différence".

Enfin, l'étude tend à démontrer qu'un développement rapide du chiffre d'affaires les trois premières années est un gage de pérennité. C'est encore plus vrai pour l'emploi, puisque "les entreprises dont le nombre de salariés a augmenté au cours des trois premières années franchissent, toutes choses égales par ailleurs, 1,6 fois plus souvent le cap des cinq ans que les autres", souligne la rédactrice de l'enquête.

©2010-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !