Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Précarité étudiante : "Il faut certainement faire plus et mieux", admet Blanquer

Précarité étudiante : "Il faut certainement faire plus et mieux", admet Blanquer

Le gouvernement tente de calmer le ras-le-bol des étudiants, après la tentative de suicide d'un jeune de 22 ans à Lyon.

Précarité étudiante : 'Il faut certainement faire plus et mieux', admet Blanquer
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tentative de suicide d'un jeune de 22 ans la semaine dernière devant l'université Lyon 2 a relancé le débat sur la précarité étudiante en France. Le gouvernement craint une mobilisation des syndicats, à l'heure où la situation est déjà tendue sur le plan social, avec une grève du 5 décembre qui promet d'être très suivie.

Gabriel Attal, le secrétaire d'Etat à la Jeunesse, a donc reçu les organisations étudiantes ces dernières heures, pour tenter de faire baisser la pression. L'étudiant lyonnais, qui est actuellement toujours entre la vie et la mort, a laissé un message avant sa tentative de suicide, dans lequel il dénonce ses difficultés financières.

"Faire plus et mieux"

"Il faut certainement faire plus et mieux et avoir une vision globale de la vie étudiante, de comment on l'accompagne vers la réussite", a admis Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, sur franceinfo vendredi.

Parmi les mesures déjà mises en place, il a cité l'augmentation des bourses pour les étudiants : +1,1% en 2019 après un gel les trois années précédentes. "Cela représente quand même 50 millions d'euros" de hausse, a indiqué le ministre, qui n'a pas souhaité dire si ces bourses pourraient être revalorisées. "Une mesure qui a été importante en matière de pouvoir d'achat, ça a été le fait de ne plus avoir à payer de Sécurité sociale de la part des étudiants", a-t-il poursuivi.

"Grands progrès à faire"

"On est aussi conscient qu'il y a encore de très grands progrès à faire. Il y a évidemment tout un travail qui reste à faire et que Frédérique Vidal (la ministre de l'Enseignement supérieur, Ndlr) fait, en lien avec les organisations qui représentent les étudiants", a admis Jean-Michel Blanquer. "La France est un des pays qui fait le plus en matière de bourse étudiante, mais c'est vrai qu'il y a de nombreux bénéficiaires et que pour les étudiants ça reste difficile parfois de joindre les deux bouts".

Le ministre a défendu l'action du gouvernement : "Il y a un programme ambitieux de logements, 60.000 logements doivent être construits, on est à mi-chemin de cet objectif. Mais il faut certainement faire plus et mieux et avoir une vision globale du sens de la vie étudiante, de comment on l'accompagne vers la réussite parce que le but est de faire qu'il y ait un bien-être de l'étudiant".

Des dépenses de plus en plus lourdes

L'enquête publiée chaque année par le syndicat étudiant Unef a montré que le coût de la vie étudiante avait encore monté de 2,83% à la rentrée 2019. Le prix des loyers, poste de dépenses le plus lourd, a bondi de 5% en moyenne en région parisienne et de 2,8% dans le reste de l'Hexagone. Les transports en commun ont également été épinglés, tout comme les tarifs de l'alimentation avec une hausse de 1,54% du prix des restaurants universitaires.

©2019-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !