»
»
»
Consultation

Pourquoi les trottinettes en location ne sont pas rentables

Pourquoi les trottinettes en location ne sont pas rentables

Ces engins sont à l'origine conçus pour un usage privé, pas pour la location. L'utilisation intensive, la manipulation brutale et même le vandalisme ont considérablement réduit leur durabilité.

Pourquoi les trottinettes en location ne sont pas rentables
Crédit photo © Txfy

(Boursier.com) — Depuis le lancement de Bird en 2017, le marché des trottinettes est en plein essor, au point de soumettre en France ces engins au code de la route à partir du mois de septembre. L'engouement est énorme : selon les chiffres de la maire de Paris, 15.000 trottinettes électriques circulent actuellement dans la capitale, et ce chiffre devrait monter à 40.000 d'ici à la fin de l'année.

Mais le marché reste fragile, selon une étude du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) : il devrait tout de même peser 40 à 50 milliards de dollars dans le monde d'ici 2025, contre 15 milliards actuellement. Les utilisateurs couvrent de petites distances : 35% d'entre eux parcourent moins de 2 km, et 75% moins de 10km, soit l'équivalent d'un temps de marche allant de 5 à 45 minutes. Mais ce moyen de transport n'est pas le plus pratique : difficile de monter une cote, de rouler sur des pavés, ou de transporter des courses.

Incivilités et accidents

De quoi douter de la pérennité des trottinettes. "Son adoption en masse est loin d'être une certitude", estiment les auteurs du cabinet BCG. "D'une part, il se peut que la demande des consommateurs ne soit pas suffisante, en particulier dans les villes de moins de 100.000 habitants. Les utilisateurs fréquents trouveront peut-être aussi qu'il est plus économique d'acheter leur propre trottinette, compte tenu du coût de départ relativement modeste d'environ 350 euros", poursuivent-ils. D'autres problèmes viennent s'ajouter, comme c'est le cas à Paris : accidents, incivilités, problèmes avec les voitures et les piétons, difficultés pour garer ces engins.

Mais surtout, louer une trottinette électrique n'est pas rentable pour les opérateurs : ces engins sont à l'origine conçus pour un usage privé, pas pour la location. L'utilisation intensive, la manipulation brutale et même le vandalisme ont considérablement réduit leur durabilité. Malgré le coût de location, il faudrait près de quatre mois d'utilisation, sans compter les frais de marketing et les frais généraux, pour rentabiliser son investissement, a calculé le BCG, alors que la durée de vie oscille actuellement plutôt autour de trois mois.

Guerre des prix ?

Pour des entreprises comme Lime ou Bird, les coûts sont importants : chaque soir, les prestataires récupèrent les trottinettes, les transportent vers des installations pour le chargement, l'entretien et les réparations de la batterie, avant de les réinstaller pour le lendemain. Des améliorations sont en cours, notamment au niveau des batteries. Le BCG pense que les entreprises pourraient générer des bénéfices si ces dernières tenaient par exemple six mois. La fabrication de trottinettes plus solide serait une autre solution au problème.

Mais la concurrence est rude : à Paris par exemple, douze sociétés proposent des engins, et selon le BCG, les utilisateurs ne font pas la différence entre les différentes marques, se bornant à louer la trottinette la plus proche d'eux. Pour tirer leur épingle du jeu, les fournisseurs devront donc investir dans le marketing et proposer des remises promotionnelles, au risque de déclencher une guerre des prix.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com