Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Pourquoi la grève des incinérateurs de déchets va coûter cher aux Franciliens !

Pourquoi la grève des incinérateurs de déchets va coûter cher aux Franciliens !

Alors que trois incinérateurs d'Île-de-France sont à l'arrêt depuis le 23 janvier, la grève pourrait avoir un coût compris entre 10 et 11 millions d'euros...

Pourquoi la grève des incinérateurs de déchets va coûter cher aux Franciliens !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La grève contre la réforme des retraites a fait déborder les poubelles à Paris... Depuis le 23 janvier dernier, les éboueurs sont en grève et trois incinérateurs d'Île-de-France sont bloqués, provoquant de fortes perturbations dans le ramassage des ordures ménagères dans la capitale et en proche banlieue.

Selon le Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (Syctom), qui gère le traitement des déchets des 85 communes franciliennes, l'enfouissement de déchets, en raison de la grève, pourrait provoquer une "catastrophe environnementale", alors que 5.000 tonnes de déchets ont été enfouies chaque jour depuis le début du mouvement, il y a un peu plus de deux semaines...

Mais après la question sanitaire, vient celle de la facture. Celle-ci s'annonce d'ailleurs très salée. "La grève a également un coût important pour le Syctom : environ 700.000 euros par jour. Entre le surcoût pour l'enfouissement des déchets et le manque à gagner - les incinérateurs vendent la chaleur produite au réseau de chauffage urbain", a indiqué Jacques Gautier, président du Syctom, au 'Point'.

"C'est l'argent du contribuable"

"La grève nous aura coûté 10 à 11 millions d'euros en deux semaines. C'est l'argent du contribuable. L'an prochain, on va renoncer à des investissements, mais il faudra augmenter la taxe d'enlèvement des ordures ménagères", a-t-il poursuivi.

Ce jeudi, qui marque la neuvième journée de mobilisation interprofessionnelles contre la réforme des retraites, le personnel gréviste des incinérateurs d'Île-de-France (Issy-les-Moulineaux, Saint-Ouen et Ivry), qui sont à l'arrêt depuis le 23 janvier, a d'ailleurs décidé de reconduire leur mouvement jusqu'à vendredi.

Réquisition du personnel

Mais face à l'amoncellement des déchets en Île-de-France, le préfet a déjà ordonné des réquisitions dans les trois principaux incinérateurs bloqués par la CGT Energie. "Depuis la réquisition de vendredi, les 84 autres communes qui dépendent du Syctom ont ramassé leurs poubelles sans problème", a assuré le président du Syctom.

Du côté des syndicats, ces réquisitions sont un moyen d'"étouffer le mouvement, qui rend visible une contestation devenue moins visible, mais qui est toujours soutenue", a estimé Julien Lambert, délégué CGT Mines Énergie à Ivry-sur-Seine, cité par 'Le Point'. "Ça n'enlèvera pas la détermination des gréviste. Si tout le monde est réquisitionné d'ici là, on devra changer de manière de faire, mais on sait être innovants pour manifester", a-t-il ajouté.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com