Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Pour réduire le chômage, Philippe Martinez appelle à "diminuer" le temps de travail

Pour réduire le chômage, Philippe Martinez appelle à "diminuer" le temps de travail

Le leader de la CGT assure n'avoir "toujours pas compris le principe qui consisterait à dire que ceux qui ont du boulot devraient travailler plus pour en donner à ceux qui n'en ont pas".

Pour réduire le chômage, Philippe Martinez appelle à 'diminuer' le temps de travail
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Modifier le temps de travail pour sortir de la crise économique liée confinement ? Alors que le président des Républicains Christian Jacob a proposé lundi de "sortir du carcan" des 35 heures pour favoriser l'activité, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a, à l'inverse, plaidé pour une réduction de travail.

Sur 'France 2' ce mardi, le leader syndical assure n'avoir "toujours pas compris le principe qui consisterait à dire que ceux qui ont du boulot devraient travailler plus pour en donner à ceux qui n'en ont pas".

"Si on veut résorber le chômage, si on veut que tout le monde travaille, notamment les jeunes qui sont lourdement frappés par le chômage, il ne faut pas augmenter la durée du temps de travail. Au contraire, il faut la diminuer", a affirmé Philippe Martinez.

Des "abus" dans des entreprises

Le secrétaire général de la CGT a par ailleurs invité "certains députés de droite", "mais d'autres aussi à aller passer quelques mois sur une chaîne automobile travailler plus". "On verra dans quelles conditions de santé ils finissent", a-t-il lancé. Pour rappel, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux avait également estimé mi-avril qu'"il faudrait bien se poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire".

Alors que son syndicat plaide pour une semaine de 32 heures, Philippe Martinez a également tenu à dénoncer des "abus" dans des entreprises, estimant que certaines auraient incité les salariés à travailler "jusqu'à 72 heures" par semaine.

Réinventer l'organisation pour le CFDT

Interrogé par 'Le Télégramme', le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a de son côté appelé les entreprises à réinventer leur organisation, rejetant toute remise en cause des 35 heures. "Il peut y avoir, dans les entreprises, des accords pour faire face à la situation. Mais toute mesure globale qui augmenterait la durée du travail serait dangereuse et totalement inappropriée aux enjeux à venir", a-t-il expliqué.

"Le pays est déjà fracturé de multiples tensions et il doit faire face à une crise sans précédent, puisqu'on s'attend à plusieurs centaines de milliers de chômeurs supplémentaires. Faire croire qu'on s'en sortira demain avec de la sueur et des larmes est totalement irresponsable", a poursuivi Laurent Berger, ajoutant que "l'objectif demain est de travailler tous et de travailler mieux".

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !