»
»
»
Consultation

Pour faire face à la chute des cours du pétrole, Schlumberger supprime 9.000 emplois

Pour faire face à la chute des cours du pétrole, Schlumberger supprime 9.000 emplois

Le groupe franco-américain, leader mondial des services pétroliers, est contraint de sabrer dans ses effectifs.

Pour faire face à la chute des cours du pétrole, Schlumberger supprime 9.000 emplois
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Schlumberger, le leader mondial des services pétroliers va supprimer 9.000 emplois, soit 7,5% de ses effectifs mondiaux. Face à l'effondrement de 60% des cours du brut depuis 6 mois, qui pèse sur les investissements des compagnies pétrolières, les entreprises du secteur n'ont d'autre choix que de réduire nettement la voilure. Le géant pétrolier, fondé en France en 1926 et désormais basé à Houston (Texas) avait déjà prévenu en décembre qu'il prendrait une charge d'un milliard de dollars dans ses résultats du quatrième trimestre pour financer des mesures de restructuration, qu'il n'avait pas détaillées.

Les résultats trimestriels, annoncés jeudi, s'inscrivent donc en nette baisse compte tenu de cette charge : au 4ème trimestre, le bénéfice net s'établit à 302 millions de dollars (0,23$ par action), contre 1,66 milliard (1,26$ par action) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le résultat atteint cependant 1,50$ par action, un chiffre supérieur au consensus des analystes pour le 10ème trimestre d'affilée. Dans la foulée, le groupe a annoncé une hausse de 25% de son dividende trimestriel.

Des milliers d'emplois supprimés dans le secteur aux Etats-Unis

Avant même cette annonce-choc de Schlumberger, plus de 15.000 suppressions de postes avaient déjà été annoncées dans le secteur en Amérique du Nord, notamment par Shell, Pemex, Halliburton (environ 1.000 postes) et Suncor. Un autre groupe texan, Apache, a annoncé mercredi son intention de réduire ses effectifs de 250 personnes, soit 5% de ses salariés. Cette vague de réduction d'effectifs devrait se poursuivre dans les prochains temps, si le pétrole reste scotché sous la barre des 50$.

Vendredi, le baril de brut WTI tente un rebond autour de 47$ et celui de Brent cote 49,30$, mais les prix restent proches de leurs points bas depuis plus de 5 ans, en recul de 60% depuis le mois de juin dernier...

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com