»
»
»
Consultation

Polémique et noms d'oiseaux entre Arnaud Montebourg et la direction de Doux !

Polémique et noms d'oiseaux entre Arnaud Montebourg et la direction de Doux !

Charles doux répond aux attaques lancées hier par le ministre du Redressement productif...

Polémique et noms d'oiseaux entre Arnaud Montebourg et la direction de Doux !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dans le dossier Doux, le ministre du Redressement productif et la direction de l'entreprise ne cessent de se renvoyer la balle. Après les attaques prononcées jeudi par Arnaud Montebourg, c'est au tour de Jean-Charles Doux, directeur délégué des volailles de donner sa vision de la situation. "Mon père Charles Doux a toujours privilégié les salariés. Nous sommes guidés par la volonté de redresser la situation alors que l'on nous a proposé un démantèlement et la cession de nos activités les plus rentables", confie-t-il dans une interview accordée à 'Challenges.fr'.

Le ministre a accusé hier le PDG du groupe d'avoir "privilégié son sort personnel par rapport au projet de restructuration de Bercy" qui proposait un allègement de la dette de Doux, mais également la nomination d'un nouveau directeur général. Arnaud Montebourg avait par ailleurs dénoncé la rupture des négociations opérée selon lui par Doux : "Quelle garantie a-t-il sur l'emploi quand il dépose le bilan contre notre volonté ?", s'interrogeait-il. Faux, rétorque Jean-Charles Doux !... La déclaration de cessation de paiement enregistrée vendredi dernier auprès du Tribunal de Quimper était connue du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI). "On n'engage pas une telle procédure en cachette", a-t-il assuré.

Jean-Charles Doux rappelle enfin que, selon lui, le plan proposé par le gouvernement n'apportait aucune garantie quant aux emplois. Il dit ne pas être opposé à l'ouverture du capital du groupe, au contraire, mais "la marque Doux est leader au Moyen-Orient (...) en Arabie Saoudite, cela suscite forcément l'intérêt de nombreux groupes qui n'ont que faire des emplois en Bretagne", fait-il remarquer.

Mardi, les syndicats ont pourtant refusé d'accorder une motion de confiance lors du comité central d'entreprise. Elle proposait des engagements sur le maintien de l'emploi mais en fin de réunion des licenciements parmi le personnel administratif, ont été évoqués. Irrecevable pour les organisations...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com