Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Plan de relance : le Medef veut que "ça aille vite" pour les 100 MdsE promis !

Plan de relance : le Medef veut que "ça aille vite" pour les 100 MdsE promis !

"Ce que je demande c'est que ça aille vite, et vite dans les entreprises. Je préfère moins d'annonces et plus de résultats", a affirmé le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

Plan de relance : le Medef veut que 'ça aille vite' pour les 100 MdsE promis !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — "C'est le moment de faire circuler l'argent", selon le Medef... Alors que le président de la République a annoncé un plan de relance à hauteur de 100 milliards d'euros pour favoriser la reprise de l'économie, Geoffroy Roux de Bézieux a exhorté le gouvernement à faire preuve de diligence.

"Ce que je demande c'est que ça aille vite, et vite dans les entreprises. Je préfère moins d'annonces et plus de résultats", a expliqué ce mercredi le président du syndicat patronal sur 'France 2'. Selon lui, il faudra débloquer cet argent "le plus vite possible, à la rentrée".

"Si la machine repart un peu, ce qui semble se dessiner", c'est le moment "de remettre la France en marche", a-t-il poursuivi. Il dit également se méfier "un peu des annonces et des concours, entre l'Allemagne qui annonce 130 milliards et nous 100 milliards", se demandant ce qu'il peut y avoir "derrière"...

"Le retour des emplois aidés"

"Le million de chômeurs dont le président a reparlé n'est pas certain, et cela tient un peu à nous... Cela tient aux entrepreneurs, quand ils ont le choix entre embaucher/pas embaucher, entre licencier/pas licencier, et cela tient aux consommateurs", a estimé Geoffroy Roux de Bézieux, ajoutant qu'"il y a eu de l'épargne de précaution pendant le confinement, c'est un acte un peu citoyen de consommer".

Concernant les mesures de soutien à l'emploi des jeunes dévoilées le 14 juillet par le chef de l'Etat, le président du Medef a estimé qu'il y avait "très clairement le retour des emplois aidés", avec la création de 300.000 contrats d'insertion. Cette mesure est justifiée pour le patron des patrons, "parce que la crise est difficile".

Mais dans le même temps, "le risque des emplois aidés, c'est qu'à la fin du contrat, le jeune ne trouve pas d'emploi", a prévenu Geoffroy Roux de Bézieux. "La première chose que va faire un chef d'entreprise, c'est de ne pas embaucher", a-t-il mis en garde...

"Le calendrier semble s'être détendu" pour le dossier des retraites

Le président du Medef a par ailleurs pointé le flou sur les exonérations de cotisations pour l'embauche de jeunes. "On ne sait pas combien, quel âge... Le plafonner également à 1,6 Smic, ça limite, c'est-à-dire que tous les diplômés au-delà de bac +3 ne seront pas concernés, et ils ne sont déjà pas concernés par les contrats d'apprentissage", a-t-il expliqué.

Sur l'avenir de la réforme des retraites, le Medef, qui demandait une "pause", estime avoir été quelque peu entendu... "Le calendrier semble s'être détendu. Soyons clairs, pour nous, il faut faire une réforme des retraites a minima sur le sujet financier, parce que malheureusement, le trou s'est creusé assez violemment, on parle de 30 milliards d'euros pour l'année 2020", a rappelé Geoffroy Roux de Bézieux.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !