»
»
»
Consultation

Peugeot : quand Arnaud Montebourg roule en 407...

Peugeot : quand Arnaud Montebourg roule en 407...

"Je ne veux en aucun cas blesser le groupe PSA. Ni ses dirigeants ni ses salariés", assure le ministre du Redressement productif...

Peugeot : quand Arnaud Montebourg roule en 407...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Arnaud Montebourg persiste et signe sur sa méthode ! Dans une interview accordée ce mardi au journal 'Libération', le ministre du Redressement productif revient sur les accusations de "dissimulation" portées à l'égard de PSA, et ne renie pas ces propos. "Ces mots ont été pesés... Je vous rappelle que les syndicats ont révélé un document interne daté d'août 2010 qui prévoyait la fermeture du site", déclare-t-il.
"Je ne veux en aucun cas blesser le groupe PSA. Ni ses dirigeants ni ses salariés. J'ai personnellement une histoire affective avec cette marque", précise le ministre, qui indique rouler en 407, et n'avoir jamais acheté que des Peugeot. Il assure donc vouloir "protéger l'avenir de cette entreprise, de ses usines en France, de ses salariés".

Pas de polémique
Arnaud Montebourg, dont les propos à l'égard de la direction de PSA ont suscité de nombreuses critiques, notamment à droite, "ne souhaite pas alimenter une quelconque polémique, et certainement pas avec Peugeot. Mais mon ministère n'est pas celui des mondanités, c'est celui de l'action et du rassemblement patriotique au service de l'industrie".

Armoires profondes
Le ministre assure que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n'enfouira "pas les dossiers comme nos prédécesseurs dans les armoires profondes de la République"... "Ma méthode, c'est la négociation franche, pour, ensuite, rassembler tout le monde autour des difficultés et les surmonter ensemble".

"Je ne suis pas le ministre du cours de la Bourse"
Il se défend par ailleurs d'avoir fragilisé le titre Peugeot, comme l'a accusé le constructeur automobile : "Le cours de Bourse de PSA n'a pas attendu l'annonce du plan de fermeture pour chuter. Il a reculé de 77,5% en un an. (...) Je ne suis pas le ministre du cours de la Bourse, toujours volatile, mais du redressement de l'économie, qui nécessite des choix dans la durée !", a répondu Arnaud Montebourg.

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com