»
»
»
Consultation

Petite et grande histoire de la crise des subprimes...

Petite et grande histoire de la crise des subprimes...

Anniversaire oblige, la crise des subprimes refait parler d'elle cette année... L'occasion de revenir sur ce que sont les subprimes et sur l'enchaînement des événements...

Petite et grande histoire de la crise des subprimes...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Contrairement à ce que beaucoup pensent les subprimes ne sont pas des produits financiers mais une catégorie d'emprunteurs immobiliers américains (les moins solvables). Aux Etats- Unis, nombre de clients de cette catégorie ont pu s'endetter... Les prêts étaient garantis par une hypothèque (c'est-à-dire par le bien acheté). Ils étaient de surcroît consentis à taux variables.

La confusion avec les produits financiers vient du fait que ces prêts ont servi à structurer des produits financiers via le mécanisme de titrisation : les RMBS (residential mortgage-backed securities), ou plus simplement des obligations adossées à des prêts résidentiels.

Les créances détenues par les banques étaient donc revendues à des investisseurs sous forme de produits financiers, le rendement devant être assuré par les remboursements des emprunteurs.

L'intérêt pour les banques était de sortir ces prêts de leur bilan afin de maintenir leur capacité à prêter...

Chronologie des événements

1) Des défauts avec la montée des taux

La remontée des taux de la Fed (de 1% à 5,25% entre mi-2004 et mi-2006) augmente progressivement la charge de remboursement des ménages subprimes. Etranglés, nombre d'entre eux font défaut.

2) Des garanties réduites à néant

Les prêteurs saisissent alors les biens immobiliers. Mais du fait de l'afflux de biens à la vente, les prix chutent et les prêteurs ne peuvent récupérer leurs créances.

3) Des produits financiers réduits à l'état de poussière

Les produits financiers adossés à ces prêts voient leur valeur fondre. L'ampleur des pertes et la complexité de certaines structurations rendent même impossible la valorisation de nombreux titres. En août 2007, BNP Paribas doit par exemple suspendre trois fonds ayant investi dans des titres adossés à des prêts hypothécaires.

L'effet est d'autant plus surprenant et dévastateur que ces produits étaient notés (et donc vendus) comme des actifs très sûrs. C'est cette déconnexion entre les notations attribuées et la réalité du marché qui sera plus tard à l'origine des critiques vis-à-vis des agences de notations.

Les établissements ayant acheté des RMBS sont contraint de les déprécier au travers de lourdes provisions (ramenant parfois leur valeur à 0). Ces dépréciations pèsent sur les résultats et les bilans des banques. Les pertes induites amputent les fonds propres.

5) Des banques en péril

Outre l'impact psychologique de la crise sur les acteurs économiques (craintes pour l'avenir, mise à l'arrêt des projets...), certaines banques se retrouvent au tapis par manque de fonds propres. Quant à celles qui parviennent à tenir, elles ne sont plus en capacité de prêter pour relancer l'économie.

Les règles de solvabilité limitent en effet la capacité de prêt des banques, celle-ci étant liée aux fonds propres via un multiple. Qui dit moins de fonds propres, dit moins de prêts. En parallèle, les marchés commencent à paniquer et à baisser. Par un effet de contagion, la crise d'abord bancaire et financière s'étend à l'ensemble de l'économie.

6) De soutiens publics

Pour éviter la déroute du système financier et permettre aux banques de jouer leur rôle, diverses mesures sont prises. Les banques centrales baissent leurs taux. Les Etats procèdent à des injections massives de capitaux pour tenter de relancer la machine...

Quand la crise a-t-elle débuté ?

Pour beaucoup, le déclenchement de la crise est associé à la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, le 15 septembre 2008. Mais il s'agit plutôt d'une seconde phase de la crise, celle de sa propagation... La crise des subprimes a éclaté bien plus tôt ! Les premières secousses ont été ressenties fin 2006 outre-Atlantique et dès 2007 elles ont eu des répercussions dans la sphère financière.

Plusieurs banques (notamment HSBC et UBS) ont du passer d'importantes provisions en 2007 et c'est en 2007 également (en août) que BNP Paribas a suspendu ses trois fonds. Enfin, il ne faut pas oublier que JPMorgan Chase a volé au secours de la banque d'investissement américaine Bear Stearns dès le printemps 2008.

La crise a donc d'ores et déjà plus de 10 ans...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com