Pass vaccinal : Jean Castex espère "vivement" une entrée en vigueur le 15 janvier

Pass vaccinal : Jean Castex espère "vivement" une entrée en vigueur le 15 janvier

"Nous l'espérons le 15, mais ça ne dépend pas que de moi et que du gouvernement, il faut désormais que le texte passe au Sénat", a déclaré le Premier ministre.

Pass vaccinal : Jean Castex espère 'vivement' une entrée en vigueur le 15 janvier
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré le retard pris cette semaine après les couacs à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Jean Castex a dit espérer "vivement" que le "pass vaccinal" entrera en vigueur dès le 15 janvier. "Nous l'espérons le 15, mais ça ne dépend pas que de moi et que du gouvernement, il faut désormais que le texte passe au Sénat", a-t-il déclaré ce jeudi sur 'BFMTV'.

L'Assemblée nationale a approuvé dans la nuit, par 214 voix contre 93, le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire du Coid-19 en France, dont l'une des principales mesures est la transformation du pass sanitaire actuellement exigé dans les restaurants et de nombreux lieux publics en un "pass vaccinal".

"Permettez moi quand même de m'en féliciter, c'est une bonne chose, pas simplement pour le gouvernement, pour les Français", a commenté le chef du gouvernement, soulignant que la situation sanitaire restait "très préoccupante" en raison de l'impact conjugué des variants Delta et Omicron.

Soutien aux propos d'Emmanuel Macron

Pour rappel, dans la nuit de lundi à mardi dernier, l'examen du projet de loi sur le pass vaccinal a été suspendu après qu'une majorité de députés a refusé par un vote à main levée la poursuite des débats après minuit. Puis, les débats ont été de nouveau suspendus après les propos d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés contre le coronavirus.

Jean Castex a exprimé son soutien aux propos du président de la République, qui avait déclaré mardi vouloir "emmerder" les Français non-vaccinés, déclenchant une vive polémique. "Si nous sommes tous citoyens, personne n'emmerdera personne", a-t-il affirmé, tout en assumant "faire peser la pression sur les non-vaccinés plutôt que sur celles et ceux [...] qui suivent les règles générales, c'est-à-dire ont un comportement citoyen".

Par ailleurs, le Premier ministre n'a pas exclu de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19, ce que le gouvernement italien a d'ailleurs décidé pour les plus de 50 ans, mais a jugé que le choix du pass était "beaucoup plus efficace" à faire appliquer. Jean Castex a également confirmé que le gouvernement serait prêt à mettre en oeuvre une campagne de "quatrième dose" de vaccin dès que les autorités sanitaires françaises "auront dit oui".

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !