»
»
»
Consultation

Pas de recul du chômage dans le monde avant au moins quatre ans, selon l'OIT

Pas de recul du chômage dans le monde avant au moins quatre ans, selon l'OIT

Le nombre de demandeurs d'emplois progresserait de 8 millions d'ici 2019...

Pas de recul du chômage dans le monde avant au moins quatre ans, selon l'OIT
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Sombres prévisions pour le marché de l'emploi mondial... Dans une note publiée mardi, l'Organisation internationale du Travail (OIT) a estimé que le nombre de personnes au chômage va augmenter de quelques 3 millions cette année et de 8 millions supplémentaires dans les quatre années suivantes, alors qu'il s'établissait déjà à 201 millions en 2014...

Fortes disparités...

En France, la tendance serait plutôt à la stabilisation avec un taux de chômage se situant entre 9,9% et 10% sur la période 2014-2017 après 10,4% en 2013. En zone euro, la Grèce fera encore partie des pays où il est le plus élevé : il se situerait toutefois à 23% en 2016, après 27,2% en 2013. A l'inverse, l'Allemagne fait figure de bonne élève avec un taux de chômage attendu à seulement 4,9% d'ici la fin de l'an prochain, contre 7,1% en 2010.

Les jeunes restent en première ligne

Comme le FMI, l'OIT rappelle les effets bénéfiques de la baisse des cours de pétrole sur l'emploi, qui seront toutefois insuffisants pour compenser la lente reprise économique... Or, pour combler le déficit de postes perdus depuis le début de la crise, l'OIT estime qu'il faudrait créer 280 millions d'emplois supplémentaires d'ici 2019. Cette année encore, l'OIT s'alarme particulièrement de la situation des jeunes, dont le taux de chômage est trois fois plus élevé que la moyenne, se situant à 13% en 2014, et ce, en dépit d'une nette amélioration de l'enseignement partout dans le monde.

Les inégalités de revenus retardent la reprise

L'OIT attire l'attention sur un point en particulier : Au-delà de la lente reprise économique, les inégalités de revenus se sont creusées, pesant sur le marché de l'emploi. Lundi, l'ONG Oxfam a justement publié une étude qui montrait que d'ici deux ans, les 1% de personnes les plus fortunées détiendrait plus de la moitié des richesses mondiales. L'OIT note en effet que, suite à la crise, les demandes d'emplois se sont concentrées aux extrémités de l'échelle. Conséquence : "les travailleurs relativement formés qui occupaient habituellement ces emplois moyennement qualifiés sont désormais contraints de briguer des postes faiblement qualifiés", déplore l'OIT, qui recommande notamment de soutenir les investissements des entreprises en faveur des politiques de l'emploi...

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com