»
»
»
Consultation

Pacte de responsabilité : le patron de la CFDT met la pression sur le Medef

Pacte de responsabilité : le patron de la CFDT met la pression sur le Medef

Le syndicaliste dénonce un comportement de "lobbyiste" et un jeu de "surenchère"

Pacte de responsabilité : le patron de la CFDT met la pression sur le Medef
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Laurent Berger, le Secrétaire général de la Cfdt, tape du poing sur la table dans deux entretiens accordés respectivement à Reuters et au Journal du Dimanche. Le syndicaliste indique en particulier qu'il demanderait au gouvernement de suspendre les baisses d'impôts accordées aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, si les négociations de contrepartie avec le Medef échouent...

Le chômage "empire" !

Selon Laurent Berger, "les chiffres sont catastrophiques depuis plus de deux ans et ça empire". Le Secrétaire général de la Cfdt ne mâche d'ailleurs pas ses mots, accusant dans le JDD, François Hollande et le gouvernement de ne pas être en mesure de le résorber. "Le Président de la République et le gouvernement ont leur part de responsabilité. Les politiques qu'ils mènent ne sont à l'évidence pas suffisante", estime le syndicaliste. "Si nous n'avions pas avancé sur le chômage partiel et préservé des emplois dans la négociation de plans sociaux, ce serait pire", dénonce Laurent Berger.

Ultimatum...

Le Secrétaire général de la Cfdt considère que dans le cadre du pacte de responsabilité, "rien n'avance". Le Medef attendrait la loi de finances rectificative de juin pour se positionner. Aussi, "les négociations avec le patronat patinent, sauf dans la métallurgie", dit-il au JDD affichant également sa méfiance quant à l'usage des 20 milliards d'euros de crédit d'impôt compétitivité emploi accordé aux entreprises. "Je ne sais toujours pas aujourd'hui comment les entreprises utiliseront les 20 MdsE du crédit d'impôt compétitivité emploi, ni les allègements de cotisations, et je n'ai pas confiance a priori". Laurent Berger enfonce le clou et prévient : "Si rien n'a bougé avant la conférence sociale de juillet, j'en tirerai les conséquences et je demanderai au gouvernement de revenir sur sa politique de soutien aux entreprises". Il vise ainsi les abaissements de charges prévus pour 2016 et 2017.

Le Medef "se comporte en lobbyiste"

D'après le syndicaliste, le Medef en voudrait encore davantage, et joue la montre. "Le Medef est en train de faire diversion" et "d'allumer des feux un peu partout" pour ne pas avoir à assumer sa part de responsabilité dans ces négociations, une attitude qui pourrait conduire à l'échec des négociations sociales, a indiqué Laurent Berger à Reuters, rappelant aussi a remise en cause par le patronat du "compte pénibilité". Au JDD, Laurent Berger assure : "Le patronat fait de la surenchère. Il explique semaine après semaine ce qu'il faut faire pour sauver l'économie et les emplois et quand on lui dégage des marges financières, il demande encore autre chose et se comporte en lobbyiste". Pour Laurent Berger, le Medef fuit ses responsabilités de dialogue social : "Je suis engagée dans la négociation mais, pour négocier, il faut être deux", s'insurge le patron de la Cfdt qui conclut : "Une discussion est prévue de longue date avec les partenaires sociaux sur la modernisation du dialogue social. Commençons par nous entendre sur des objectifs ; ensuite il n'y aura pas de sujet tabou". Toutefois, "il est hors de question d'aborder ce sujet par le petit bout de la lorgnette".

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com