Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Orange pourrait créer un "Netflix à la française"

Orange pourrait créer un "Netflix à la française"

Bientôt une annonce...

Orange pourrait créer un 'Netflix à la française'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Stéphane Richard, le PDG d'Orange, dans une interview diffusée sur France Inter est revenu sur certains axes d'orientation du secteur télécom en matière de téléphonie et de réseaux internet en France... Stéphane Richard prévoit ainsi la fin des "zones blanches" en France pour 2018. Il a une nouvelle fois plaidé pour la consolidation sectorielle en France, même si politiquement "ce n'est plus le débat aujourd'hui"... L'arrivée de Delphine Enotte, l'ancienne Directrice générale d'Orange France, à la tête de France Télévisions pourrait aussi être une opportunité de partenariats. Enfin, Stéphane Richard a reconnu des discussions en cours en vue de constituer une plateforme d'offre de vidéo à la demande, en partenaire avec plusieurs groupes de télévision. L'offre serait une sorte de "Netflix à la française".

Fini les zones blanches en 2018 !

Le Sénat vient d'adopter une disposition de la loi Macron visant à améliorer la couverture du territoire et donc, de fait, faire que la France n'ait plus de zones blanches. Selon le patron d'Orange, il sera (enfin) possible de téléphoner de partout dans l'Hexagone "avant fin 2018". Les zones blanches devraient être "intégralement couvertes" à cette date. Fini donc les laissés pour compte du mobile, montagne ou pas ! L'opérateur historique souhaite néanmoins que les communes fassent un effort pour faciliter cette couverture. Stéphane Richard rappelle qu'en France "cela prend en moyenne 2 ans pour construire un pylône de téléphonie, alors qu'en Allemagne c'est 3 mois et en Angleterre, 2 mois", notamment à cause des recours de voisinage...

Fini la guerre des prix !

Par ailleurs, Stéphane Richard est revenu lors de l'émission de France Inter 'On n'arrête pas l'Eco', sur les pratiques tarifaires, estimant notamment que cette guerre des prix est terminée entre opérateurs de téléphonie mobile en France. Les usagers ne doivent plus s'attendre à des baisses des tarifs, car "les prix ont baissé de 45% en 3 ans", c'est-à-dire depuis par l'arrivée du trublion Free/Iliad sur le marché. "Par cette baisse des prix, nous avons rendu 10 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français", indique Stéphane Richard. "Nous avons effectué un effort gigantesque. (...) Nous avons aujourd'hui en France des prix parmi les plus bas au monde en matière de téléphonie. (...) Arrêtons de croire qu'on va continuer la guerre des prix. Il n'y a pas de marge de baisse"

Fini la consolidation sectorielle ?

Evoquant une éventuelle consolidation sectorielle, Stéphane Richard a estimé : "Ce n'est plus le débat aujourd'hui", relatant ses récents échanges avec le gouvernement et relevant l'exception française. Le patron d'Orange a, une nouvelle fois, plaidé en faveur de la consolidation du secteur : "La consolidation n'est pas une fin en soi. Cela dépend des commissions du marché et des acteurs. Je pense qu'un marché des télécoms, bien régulé à trois opérateurs, ça fonctionne très bien. A quatre, ça peut fonctionner, mais c'est plus compliqué" a terminé le PDG d'Orange.

Vive le "Netflix à la française"...

Dans le domaine des plateformes vidéo, Stéphane Richard a rappelé, pour le dossier Dailymotion dont Orange va céder sa participation à Vivendi, qu'en tant qu'actionnaire, son groupe "a investi 160 millions d'euros dans Dailymotion". Néanmoins, il reste "tout petit" sur ce segment, "60 fois plus petit que Youtube".

Revenant sur la nomination de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions, Stéphane Richard a souligné "le pari, le challenge" du poste. Il estime toutefois qu'il s'agit "d'une bonne nouvelle pour France Télévisions". Interrogé sur un éventuel partenariat, désormais facilité entre le groupe de médias et Orange, en vue de la constitution "d'un Netflix à la française", Stéphane Richard ne l'exclut pas : "C'est une discussion que nous avons depuis longtemps". Il considère qu'"Orange peut être celui qui va cristalliser cette offre de Netflix à la française, mais pour y arriver il faut être capable de regrouper autour de nous deux ou trois acteurs de la télévision qui peuvent avoir leur intérêt de mettre leurs contenus sur une plateforme de ce type".

Stéphane Richard indique "travailler sur ce projet avec TF1, avec M6 et France Télévisions". Le dirigeant conclut : "J'espère bientôt pouvoir faire une annonce de création d'offre VOD ou de video à la demande de type Netflix, avec des contenus originaux".

©2015-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !