»
»
»
Consultation

Orange aurait collaboré avec les services secrets français

Orange aurait collaboré avec les services secrets français

La DGSE aurait "un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui transitent" chez l'opérateur.

Orange aurait collaboré avec les services secrets français
Crédit photo © Boursier.com

(Boursier.com) — Orange, ex-France Télécom, aurait collaboré avec la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), selon un document interne des services secrets techniques britanniques (GCHQ). D'après 'Le Monde' qui révèle l'information, l'opérateur jouerait un rôle de premier plan dans le système de surveillance hexagonal.

Coopération longue de trente ans...

Selon le quotidien, la DGSE aurait "un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui y transitent", allant bien au-delà des "autorisations accordées par le législateur". Cette coopération existerait depuis une trentaine d'années et serait portée par des "personnes habilitées secret-défense, au sein de l'entreprise (...) des ingénieurs  font la navette entre les deux institutions", détaille 'Le Monde'.

La collecte de données issue de la collaboration entre la DGSE et France Télécom concernerait Français et étrangers. En outre, la direction générale de la sécurité extérieure s'appuierait sur le réseau international de l'opérateur, ce qui lui aurait notamment permis d'accompagner les opérations militaires françaises au Mali et en Centrafrique.

"Orange est dans la légalité"

De son côté, le groupe dirigé par Stéphane Richard assure ne pas avoir enfreint la loi. "Orange, comme tous les opérateurs, a des relations avec les services de l'Etat en charge de la sécurité et des Français. Ces relations se font (...) en toute légalité", a déclaré un porte-parole de l'entreprise auprès de Reuters.

Les services du Premier ministre, qui n'ont pas souhaité commenter les moyens techniques employés pour les interceptions pour raison de "secret défense", ont rappelé à l'agence de presse que celles-ci sont strictement encadrées par la loi du 10 juillet 1991. Les interceptions concernent seulement certains cas relatifs à la lutte contre le terrorisme et à la criminalité organisée...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com