»
»
»
Consultation

Optimisme affiché pour 2018, malgré la dette mondiale et les tensions géopolitiques (Moody's)

102 (soit 74%) des 137 notations souveraines attribuées par l'agence sont accompagnées d'une perspective stable et 13 (10%) affichent une perspective positive

Optimisme affiché pour 2018, malgré la dette mondiale et les tensions géopolitiques (Moody's)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Moody's Investors Service annonce des perspectives globalement stables en 2018 pour les États, l'évolution positive de la croissance et l'expansion synchrone de l'économie mondiale en 2017 étant de nature à se poursuivre en 2018...
 
"Le climat salutaire qui caractérise, à l'échelle mondiale, les conditions de crédit pour le secteur souverain s'exprime par le fait que les notations Moody's attribuées à des États sont, pour près de trois quarts d'entre elles, actuellement assorties de perspectives stables. Une dynamique de croissance de plus en plus soutenue permet de nuancer la persistance de risques liés au niveau élevé de la dette et l'escalade des tensions géopolitiques", souligne Alastair Wilson, Managing Director du Groupe Risque souverain chez Moody's.
 
Moody's expose ses conclusions dans une analyse  intitulée  "Sovereigns - Global - 2018 outlook stable as healthy growth tempers high debt, geopolitical tensions" que vient de publier l'agence.
 
Cette perspective stable rend compte des anticipations de Moody's quant aux conditions de crédit qui vont, au cours des 12 à 18 prochains mois, essentiellement déterminer l'évolution du risque de crédit dans le secteur souverain.
 
102 (soit 74%) des 137 notations souveraines attribuées par l'agence sont accompagnées d'une perspective stable et 13 (10%) affichent une perspective positive, ce qui rejoint les anticipations de Moody's pour les conditions de crédit dans le secteur souverain en 2018. Seuls 22 États (soit 16% de la totalité) affichent une perspective négative comparativement à 35 (26%) il y a un an, ce qui laisse présager en 2018 une diminution des révisions de notations à la baisse par rapport à 2017...

Climat favorable

"La conjoncture macroéconomique pour les souverains est plus propice qu'elle ne l'était l'an dernier" relève A. Wilson. "Moody's s'attend en 2018 à ce que la croissance du PIB mondial demeure, comme en 2017, supérieure à 3%. Ce climat favorable sur le plan économique permet aux gouvernements de disposer de plus de temps pour engager des réformes économiques et budgétaires".
 
Des taux d'inflation exceptionnellement bas, tant dans les économies avancées que dans de nombreux marchés émergents, permettront au processus de normalisation de la politique monétaire de continuer à se faire de manière progressive. Moody's ne considère pas que cette normalisation puisse véritablement altérer le profil de crédit des États.

Défis à relever

Cependant, l'analyse de Moody's relève un certain nombre de défis propres à empêcher, à l'échelle mondiale, une amélioration plus significative des conditions de crédit malgré une conjoncture macroéconomique internationale propice.
 
Le premier défi tient au fait que dans chaque pays, l'incertitude politique  et les tensions sociales entament la volonté et capacité à mettre en place des réformes économiques et budgétaires.
 
Bien que lentes, Moody's note des avancées sur ce plan, avec des réformes du marché du travail engagées dans un certain nombre de pays européens ainsi qu'au Japon (perspective stable, A1). D'autres États, notamment l'Arabie Saoudite (notée A1, perspective stable), les Émirats Arabes Unis (Aa2, stable), les Philippines (Baa2, stable) et l'Inde (Baa3, positive) mettent en oeuvre des mesures visant à élargir leur marge de manoeuvre budgétaire.
 
Le contexte socio-politique demeure néanmoins un obstacle à une mise en place rapide des réformes, notamment dans des pays comme le Brésil (noté Ba2, perspective négative), l'Afrique du Sud (Baa3, négative) et la Turquie (Ba1, négative)... En outre, si en Europe, certains gouvernements ont opéré une réforme des systèmes de retraite afin de reporter l'âge de départ, limiter les prestations versées et/ou augmenter les cotisations, leur action pour remédier à la hausse importante, en perspective, du coût des soins de santé a été nettement plus limitée.
 
Dans l'ensemble, les avancées lentes sur le plan des réformes vont exposer un grand nombre d'États au risque de dégradation de leurs profils de crédit en cas de choc.

Et la dette ?

Un autre enjeu réside dans le fait que la dette publique va également se maintenir à un niveau élevé, bien que stable.. Ceci tient au fait que les gouvernements vont probablement calibrer l'assainissement des finances publiques de manière à ne pas remettre en cause la reprise économique en cours. Moody's s'attend ainsi à ce que la charge de la dette souveraine continue à se situer, pour près de la moitié, à un point de pourcentage de son niveau de 2017.
 
"Si la conjoncture économique favorable atténue le risque lié aux niveaux élevés de dette, les États sont toutefois peu nombreux à disposer, s'il en est, d'une marge de manoeuvre budgétaire pour faire face à des chocs" précise A. Wilson...

Risques politiques

Le troisième enjeu est la montée des risques politiques qui a pris une dimension plus forte par rapport à ces dernières années et qui pourrait peser sur la perspective de crédit stable attribuée au secteur souverain. La probabilité d'un conflit armé dans la péninsule coréenne a augmenté et les tensions se sont intensifiées dans la région du Golfe.

La politique commerciale conduite par les États-Unis (Aaa, perspective stable) continue de menacer la croissance, notamment parmi ses partenaires commerciaux les plus proches...
 
Si en Europe occidentale, les mouvements politiques alternatifs n'ont pas été autant suivis par l'électorat que l'on aurait pu le craindre en début d'année, le potentiel de déstabilisation inhérent à des événements politiques demeure, comme en témoignent les tensions actuelles entre l'Espagne (Baa2, stable) et la Catalogne (Ba3, négative)...

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Optimisme affiché pour 2018, malgré la dette mondiale et les tensions géopolitiques (Moody's)

Partenaires de Boursier.com