»
»
»
Consultation

Nouvelle déprime de la bourse d'Athènes

Nouvelle déprime de la bourse d'Athènes

Le chef du gouvernement a choisi son candidat pour la présidentielle...

Nouvelle déprime de la bourse d'Athènes
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Encore une séance délicate à la bourse d'Athènes, qui chute de plus de 7% ce jeudi. L'indice "Athex" avait déjà perdu 12,7% mardi au terme d'une journée noire, puis 1% mercredi, sur fond de retour des inquiétudes politiques... Les investisseurs sont particulièrement nerveux depuis que le gouvernement a décidé lundi soir, sous la pression de l'opposition, d'avancer de deux mois la date de l'élection présidentielle.

Ce changement de calendrier leur fait craindre un nouveau blocage politique ou une orientation différente, qui pourrait amener le pays à revoir ou à annuler certaines réformes difficilement adoptées depuis plusieurs mois sous la surveillance de la troïka (BCE, UE et FMI)...

"Les Grecs ne veulent pas d'élections"

Antonis Samaras a désigné l'ex-commissaire européen Stavros Dimas, 73 ans, comme candidat du gouvernement au poste de chef de l'Etat et a indiqué qu'il le soutiendrait jusqu'au troisième tour si nécessaire. Le chef du gouvernement a appelé mercredi les députés grecs à le soutenir pour éviter des troubles dans un pays déjà épuisé par l'austérité et les réformes. "Nous serons tous jugés sur notre action dans les jours qui viennent", a déclaré Antonis Samaras aux élus de Nouvelle Démocratie, le parti conservateur au pouvoir. "Les Grecs ne veulent pas d'élections", a-t-il affirmé, redoutant des législatives dont les résultats pourraient selon lui être "catastrophiques."

Présidentielle mercredi

Les députés procéderont au premier tour de la présidentielle le 17 décembre et non pas le 15 février comme initialement prévu. Un candidat doit rallier les suffrages d'au moins 180 des 300 élus de la Vouli, le parlement monocaméral grec. Or, la coalition au pouvoir ne dispose pas de cette avance, et en cas d'incapacité à élire un président, le parlement doit être dissous et de nouvelles élections législatives organisées. Actuellement, les sondages donnent le parti Syriza, ancré à gauche, en tête des intentions de vote en cas de législatives anticipées, ce qui fait craindre aux observateurs des troubles dans le programme d'aides à la Grèce...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com