»
»
»
Consultation

"Notre modèle social a vécu", selon Pierre Gattaz

"Notre modèle social a vécu", selon Pierre Gattaz

Le patron du Medef plaide pour fluidifier le marché du travail.

'Notre modèle social a vécu', selon Pierre Gattaz
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le patron du Medef enfonce le clou dans un entretien publié par le 'Parisien-Aujourd'hui en France'... Au lendemain de la publication des propositions controversées du Medef pour créer 1 million d'emplois en France, Pierre Gattaz appelle à "fluidifier" le marché du travail, et estime que "notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté".

Répondant à Laurent Berger, le leader de la CFDT, qui a qualifié hier de "provocation" les propositions du Medef, M. Gattaz regrette qu'il y ait "encore beaucoup de conservatisme" chez les syndicats, et estime que "les mots interdits, les tabous, ça suffit" !

Temps de travail négocié "à la carte"

Il déplore en outre l'existence d'une "double peur en France : celle du salarié de se faire licencier et celle du patron d'embaucher. Attaquons-nous à cette double peur, déverrouillons ces contraintes", plaide le patron des patrons. Il réitère son projet de voir le temps de travail négocié "à la carte" selon les besoins des sociétés et la possibilité pour une entreprise d'ouvrir le dimanche et après 21 heures.

"Toutes les entreprises devraient pouvoir négocier le temps de travail à la carte, selon leurs besoins et pas seulement celles qui ont des difficultés", estime Pierre Gattaz, pour qui "les 35 heures appliquées de manière uniforme, ce n'est plus d'actualité".

Manuel Valls doit aller "plus vite et plus fort"

A quelques heures du vote de confiance que Manuel Valls va solliciter aujourd'hui de l'Assemblée nationale, le patron du Medef estime que le Premier ministre "doit garder le cap et aller plus vite et plus fort". "En France, si on veut accélérer les choses et ne pas attendre un maximum de trois ans, il faut mettre le turbo", poursuit-il, en affirmant qu'il y a "des freins à l'embauche que l'on peut faire sauter sans que cela coûte un centime".

Deux jours fériés sur 11 supprimés ?

Dans son rapport dévoilé hier par le quotidien 'Les Echos', le Medef propose notamment la suppression de deux jours fériés (sur 11 actuellement), en estimant que cette mesure permettrait à elle seule de créer 1% de croissance économique et 100.000 emplois. L'organisation patronale plaide aussi pour des dérogations au Smic pour les "populations les plus éloignées de l'emploi".  Quant à la durée légale du travail de 35 heures, elle devrait être remplacée par des négociations au sein des entreprises pour fixer la durée du travail, ainsi que le taux des majorations horaires et l'aménagement du temps de travail. Le Medef estime en outre que l'élargissement du travail dominical et en soirée permettrait d'engendrer à terme entre 50.000 et 200.000 emplois nouveaux dans le tourisme, et entre 40.000 et 100.000 dans le commerce et la distribution.

La présentation publique des propositions du Medef pour "relancer la dynamique de création d'emplois en France", qui devait avoir lieu mercredi, a été finalement été reportée au 24 septembre, "compte-tenu de l'actualité politique de la semaine", à savoir le vote de confiance de mardi et la conférence de presse de François Hollande prévue jeudi...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com