Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

"Non , il n'y aura pas de hausse" de l'électricité assure Royal !

"Non , il n'y aura pas de hausse" de l'électricité assure Royal !

Contrairement aux informations du journal 'Le Parisien'...

'Non , il n'y aura pas de hausse' de l'électricité assure Royal !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Faut -il s'attendre à une hausse de la facture d'électricité ? D'après les informations du journal 'Le Parisien / Aujourd'hui en France', un rattrapage de 30 euros en moyenne serait réclamé aux 29 millions de clients EDF, soit 92% des ménages Français. Ce montant pourrait s'élever à 45 euros pour les professionnels... La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal n'a toutefois pas tardé à réagir. Sur son compte Twitter, elle dément "catégoriquement l'information".

Hausse rétroactive ?

Un projet d'arrêté allant en ce sens aurait été déposé auprès du Conseil supérieur de l'énergie (CSE) pour faire suite à une demande du Conseil d'Etat, explique encore 'Le Parisien'. En avril dernier, il avait réclamé une hausse rétroactive sur les tarifs d'août 2012 à août 2013. A cette époque, le gouvernement avait limité l'ajustement des prix de l'électricité à 2%, pour préserver le pouvoir d'achat des Français. "Aucune décision n'est prise. Je négocie avec EDF", fait pourtant valoir la ministre de l'Environnement.

"Aucune hausse à l'horizon"

Si l'arrêté est validé, le rattrapage pourrait être réclamé par EDF à l'automne prochain. Une annonce qui tombe mal pour le gouvernement, Ségolène Royal ayant récemment annoncé son souhait de ne pas augmenter les tarifs de l'électricité au 1er août prochain. Initialement, ils devaient progresser de 5%, conformément à un autre arrêté paru au Journal officiel en août 2013. Le Premier ministre, Manuel Valls, avait toutefois recadré la ministre de l'Environnement en indiquant qu'il y aurait bien une hausse des tarifs à l'automne, mais qu'elle serait inférieure à 5%. Sur ce point, Ségolène Royal a une fois encore précisé les choses ce matin : "La hausse de 5 % est annulée et même si ça ne plait pas à quelques spéculateurs", indique-t-elle.

Pour mettre un terme à ce genre de désaccords entre le gouvernement et le Conseil d'Etat sur la fixation des tarifs, l'exécutif planche actuellement sur une réforme.

©2014-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !