»
»
»
Consultation

Nicolas Sarkozy prône la concurrence sur les prix de l'essence

Nicolas Sarkozy prône la concurrence sur les prix de l'essence

Seuil touché dans une station-service à Paris...

Nicolas Sarkozy prône la concurrence sur les prix de l'essence
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le prix des carburants prend sa place dans la campagne présidentielle... Alors que le site comparatif Carbeo a détecté à Paris une station-service proposant le sans plomb 95 à 2 euros le litre, Nicolas Sarkozy a fait part aux Français de ses conseils pour éviter les désagréments à la pompe : "Faites jouer la concurrence, parce que s'il y a un petit malin dans une station service qui met le litre d'essence à 2 euros... franchement on n'est pas obligé (...) de payer plus cher pour avoir moins bien", a estimé le président candidat au micro d'Europe 1. "Il y a des gens qui profitent de l'augmentation du pétrole, n'y allez pas, allez acheter votre essence là où c'est moins cher."

Il en a profité pour tacler François Hollande, son challenger dans la campagne pour l'élection présidentielle : "J'entends Monsieur Hollande dire qu'il va bloquer les prix du pétrole. Mais enfin, c'est à pleurer ! Il va bloquer quoi ? Il va dire à l'Arabie saoudite, à l'Iran, aux producteurs de pétrole, 'attention j'arrive avec mon petit costume et je vais bloquer les prix ?' Qui peut croire une fable pareille ?"

Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois exclu l'hypothèse de réduire la taxe sur les produits pétroliers, estimant que baisser de 2 centimes par litre la TIPP coûterait un milliard d'euros à l'Etat, une "façon de faire payer le contribuable".

Il a également jugé "démagogue" la proposition de Michel-Edouard Leclerc, qui face à l'envolée des prix du carburant, a demandé sur Europe 1 au futur président "au-delà d'un certain seuil, d'arrêter de collecter l'impôt", car selon lui, "si le prix du carburant flambe, l'Etat engrange. "J'aime bien Michel-Édouard Leclerc... Mais là, le degré de populisme et de démagogie est dépassé !", lui a répondu Nicolas Sarkozy. Selon lui, "si les prix de l'essence augmentent, c'est que les producteurs augmentent les prix. Cela n'a rien à voir avec la France"...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com