»
»
»
Consultation

Nicolas Hulot défend la taxe carbone, mais demande plus d'accompagnement social...

Nicolas Hulot défend la taxe carbone, mais demande plus d'accompagnement social...

L'ancien ministre de l'Ecologie dit assumer la fiscalité écologique, mais il demande un véritable accompagnement social pour la rendre acceptable. Jeudi soir, l'Elysée a indiqué qu'Emmanuel Macron ferait de nouvelles annonces mardi prochain.

Nicolas Hulot défend la taxe carbone, mais demande plus d'accompagnement social...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Trois mois après sa démission surprise du gouvernement, l'ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, est sorti jeudi soir de son silence.

Invité de "L'Emission politique" sur 'France 2', il a défendu la taxe carbone, qu'il a dit "assumer". Pour autant, face à la grogne persistante des "Gilets jaunes", Nicolas Hulot a dit comprendre la colère et a jugé nécessaire de mettre en place "un accompagnement social digne de nom", afin d'alléger les conséquences de la taxe carbone...

Un accompagnement digne de ce nom

"Je l'ai défendue (la taxe carbone) et je l'assume. Mais je l'assume à partir du moment où on la met en oeuvre avec une dimension et un accompagnement dignes de ce nom. C'est ce qui a manqué, il faut le dire", a déclaré l'ancien ministre, trois mois après avoir annoncé sa démission surprise du gouvernement.

"Je l'ai dit à l'époque, et ce n'est un secret pour personne, il y a des contraintes budgétaires qui n'ont pas permis ou en tout cas pas convaincu le gouvernement d'augmenter cet accompagnement social, il va le faire je l'espère maintenant", a poursuivi Nicolas Hulot, répondant à un représentant du mouvement des "Gilets jaunes" en duplex depuis Saint-Brieux. "Il faut un accompagnement social digne de ce nom", a-t-il insisté.

"Gilets jaunes", une crise "inévitable"

Nicolas Hulot a en outre Nicolas Hulot estimé que la crise des gilets jaunes était "inévitable", ajoutant qu'il avait prévenu l'exécutif d'un risque d'"emballement". "Je me suis battu et notamment dans les semaines qui ont précédé mon départ pour qu'on change complètement d'échelle dans l'accompagnement social de la transition énergétique et écologique", a-t-il dit.

"J'aurais préféré ne pas avoir eu raison sur le risque d'emballement que l'on connaît", a-t-il ajouté, déplorant notamment le refus du gouvernement d'allouer 10% des crédits générés par l'augmentation de la taxe carbone à cet accompagnement, et une baisse des aides pour rénover les bâtiments et les passoires thermiques.

Assurant avoir une "cruelle conscience" des "problèmes de fin de mois" de certains Français, Nicolas Hulot a appelé l'exécutif à saisir la proposition de la CFDT d'organiser des Etats généraux de la transition écologique.

Emmanuel Macron annoncera mardi de nouvelles mesures

Peu avant l'intervention télévisée de Nicols Hulot, l'Elysée a indiqué jeudi soir qu'Emmanuel Macron annoncera mardi prochain un nouveau cap pour la transition écologique, ainsi que de nouvelles mesures d'aide.

Alors que les "Gilets jaunes" préparent une nouvelle manifestation, samedi à Paris, l'exécutif a fait savoir que "nous avons entendu le message des citoyens. Il nous invite à aller plus loin. Pour qu'elle ne soit pas socialement inacceptable, il faut que la transition écologique, qui est nécessaire, soit juste, équitable et démocratique", a assuré jeudi soir l'Elysée.

Les conseillers du président n'ont pas détaillé les mesures qui pourraient être annoncées mardi prochain, ni si elles pourraient inclure des inflexions sur la taxation écologique des carburants, principale cible de la colère des "Gilets jaunes" contre le prix élevés des carburants...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com