Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

MoryGlobal (ex-Mory Ducros) est à nouveau en difficultés

MoryGlobal (ex-Mory Ducros) est à nouveau en difficultés

Une déclaration de cessation de paiement devait être déposée auprès de la justice cet après-midi.

MoryGlobal (ex-Mory Ducros) est à nouveau en difficultés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Moins d'un an après sa reprise partielle et la suppression de plus de 2.800 postes, la direction de MoryGlobal -ex Mory Ducros - devait déposer ce vendredi après-midi une déclaration de cessation des paiements (DCP) auprès du Tribunal de commerce de Bobigny, selon les informations du Figaro.fr. L'annonce aurait été faite ce matin, lors d'un comité d'entreprise. La justice "devrait se pencher la semaine prochaine sur le dossier et prononcer un placement en redressement judiciaire ou, plus probablement, une liquidation judiciaire directe", ajoute le site internet. Dans un communiqué que s'est procuré Boursier.com, Arcole Industries, principal actionnaire, dit "avoir pris acte" de cette décision.

Cessions d'actifs

Dans un article daté du 20 janvier, Le Figaro annonçait déjà la faillite de l'entreprise. "La société poursuit avec conviction son plan de retournement, qui prévoit un retour à l'équilibre au premier semestre 2016. Comme prévu, le financement de ce retournement se fera pour partie par des cessions d'actifs non nécessaires à l'exploitation, pour une enveloppe globale de 25 millions d'euros", avait alors rétorqué la direction par voie de communiqué. Or, le tribunal de Commerce de Pontoise, chargé de se prononcer sur la levée "d'inaliénabilité de ces actifs" n'a pas autorisé ces cessions, regrette Arcole Industries.

Plusieurs éléments pèsent

Or, pour l'actionnaire majoritaire, le feu vert de la justice aurait permis à la société de sortir la tête de l'eau. MoryGlobal aurait été en capacité "de couvrir les coûts exceptionnels de reprise" et "de conforter son plan de financement". Arcole Industries pointe également du doigt le refus de la CFDT de signer en février 2014, le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). "Ce refus a notamment eu pour conséquence la réintégration de plus de 200 salariés protégés et créé un climat d'incertitude sur la reprise, avec un impact financier colossal", déplore l'actionnaire. En septembre dernier, i-Télé révélait en effet que, 196 salariés protégés Mory Ducros, "c'est à dire représentants du personnel, avaient vu leur licenciement annulé en juillet par la Direction du Travail". Autorisée à rester chez elle, cette masse salariale non productive aurait représenté un coût d'environ 600.000 euros par mois, toujours selon i-Télé.

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com