»
»
»
Consultation

Marchés : quels sont les vrais risques pour 2019 ?

Marchés : quels sont les vrais risques pour 2019 ?

Stephanie Kelly, économiste politique chez Aberdeen Standard Investments, fait le point !

Marchés : quels sont les vrais risques pour 2019 ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Stephanie Kelly, économiste politique chez Aberdeen Standard Investments, revient sur les principaux points de tensions géopolitiques ayant un impact sur les marchés financiers : "Political risks: what to expect for 2019 ?"

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine

"Les États-Unis et la Chine ont appelé à une trêve temporaire dans la guerre commerciale qui les oppose, accordant du temps aux négociations sur toute une série de questions, notamment les transferts de technologie, la protection de la propriété intellectuelle et les barrières non tarifaires... Nous nous attendons cependant à ce que les tensions reviennent au cours de la nouvelle année, les États-Unis augmentant leurs droits de douane en mars et les étendant éventuellement à un éventail encore plus large de produits importés".

Le déficit budgétaire italien

La probabilité que l'objectif de 2,04% soit atteint est faible ; il y a peu de détails sur la façon exacte dont cet objectif sera réalisé et il est probable que les estimations de recettes soient encore trop ambitieuses. En outre, les préoccupations de la Commission européenne portent moins sur le budget global que sur le déficit structurel et la dynamique du ratio de la dette sur PIB, qui continuent de sembler instables...

"Cela dit, la Commission européenne semble capitaliser sur les progrès réalisés avec le gouvernement italien et les tensions immédiates ont donc diminué. Cela signifie que le conflit sur le budget est retardé, même si nous pensons que les problèmes risquent de resurgir à la fin du premier trimestre et au début du deuxième trimestre lorsque les données financières et économiques seront publiées."

Brexit

"Nous pensons que l'accord sur le Brexit a une probabilité de 40% de passer au Parlement d'ici fin janvier"... Si ce n'est pas le cas, nous nous attendons à ce que la pression déjà forte pour un deuxième référendum augmente encore...

En revanche, la solution du "no deal" semble peu probable. "May a toujours évité la perspective de ne pas conclure d'accord en raison des dommages économiques et politiques que cela causerait à l'économie britannique et aux relations irlandaises."

Union européenne

"Les événements récents ont renforcé notre point de vue selon lequel l'intégration de la zone euro et de l'UE en matière de règles fiscales et financières aura du mal à s'imposer... Les élections au Parlement européen au deuxième trimestre 2019 devraient renforcer la représentation des partis populistes à Bruxelles".

Toutefois, les investisseurs doivent garder à l'esprit que les populistes, de l'extrême gauche à l'extrême droite et du Nord et du Sud de l'UE, ont des points de vue très différents sur la fiscalité et l'intégration de la zone euro en général...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com