M&A en France : du mouvement et des doutes...

M&A en France : du mouvement et des doutes...

Refinitiv fait le point

M&A en France : du mouvement et des doutes...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les principales tendances du M&A en France soulignées par Refinitiv (Groupe London Stocks Exchange) sont connues ! Les données ont été arrêtées au vendredi 17 juin 2022 (le rapport définitif sera publié début juillet). Voici déjà les principaux enseignements de ce rapport :

Les fusions et acquisitions menées par des acteurs français sont en baisse de 23% par rapport au premier semestre 21, les opérations ayant diminué de 44% au deuxième trimestre ; les fusions et acquisitions ciblant la France ont diminué de 53%, malgré l'augmentation du nombre d'opérations ; la valeur des opérations de capital-investissement a diminué de 7% ; les honoraires des conseillers en investissement français ont diminué de 24% depuis le début de l'année...

Les fusions et acquisitions impliquant la France totalisent 79,5 milliards de dollars US jusqu'à présent en 2022, soit 23% de moins que la valeur enregistrée au cours des six premiers mois de 2021. Le nombre d'annonces d'opérations a diminué de 5 % par rapport au premier semestre de 2021. Près des deux tiers de l'activité ont été enregistrés au cours du premier trimestre de l'année, les transactions affichant actuellement une baisse de 40% en valeur et en nombre au cours du deuxième trimestre.

La valeur des opérations impliquant une cible française s'élève à 38,6 milliards de dollars US jusqu'à présent en 2022, soit 53% de moins que la valeur enregistrée au cours des six premiers mois de l'année dernière, malgré une augmentation du nombre d'annonces d'opérations....

Le nombre d'opérations a augmenté de 2% pour atteindre le total le plus élevé du premier semestre depuis 6 ans. Les fusions et acquisitions nationales françaises totalisent 13,7 milliards de dollars US, soit une baisse de 79% par rapport aux six premiers mois de 2021, tandis que les activités de fusions et acquisitions entrantes ont augmenté de 42% pour atteindre 24,9 milliards de dollars US, soit le niveau le plus élevé depuis six ans. La France est le 10e pays le plus ciblé pour les fusions et acquisitions dans le monde cette année, et le quatrième en Europe après le Royaume-Uni, l'Italie et les Pays-Bas.

Baisse des opérations transfrontalières

361 opérations transfrontalières françaises ont été enregistrées jusqu'à présent en 2022, soit une baisse de 23% par rapport aux 6 premiers mois de l'année dernière. Malgré la baisse du nombre, la valeur de ces transactions a augmenté de 59% par rapport à l'année dernière pour atteindre 25 milliards de dollars américains.

Les sociétés de capital-investissement ont annoncé 422 opérations ciblant des entreprises françaises jusqu'à présent en 2022, soit 28% de plus que le nombre enregistré au cours du premier semestre de l'année dernière et plus que tout autre premier semestre depuis le début de nos registres en 1980. Les opérations de fusion et d'acquisition financées par le capital-investissement en France totalisent 22,1 milliards de dollars US à ce jour en 2022, "soit 7% de moins que la valeur enregistrée au cours des six premiers mois de 2021, mais plus que tout autre total semestriel depuis le début de nos registres" précise Refinitiv...

Goldman Sachs en tête

Goldman Sachs est actuellement en tête du classement des conseillers financiers pour les fusions et acquisitions en France depuis le début de l'année 2022, avec 12 opérations d'une valeur totale de 24 milliards de dollars.

Les commissions de banque d'investissement générées en France s'élèvent à 1,5 milliard de dollars US jusqu'à présent en 2022, soit 24% de moins que la valeur enregistrée à la même époque l'année dernière, avec des baisses dans toutes les catégories d'actifs. Les commissions de souscription d'actions ont totalisé 155,7 millions de dollars US, soit une baisse de 46% par rapport à l'année dernière, les commissions de souscription de marchés de capitaux de la dette ont diminué de 22% par rapport au record de l'année dernière, tandis que les commissions de prêts syndiqués ont diminué de 40 % pour atteindre leur plus bas niveau en six ans. Les honoraires de consultation pour les fusions et acquisitions complétées ont diminué de 8% pour atteindre 609,0 millions de dollars US.

Lucille Jones, Deal Intelligence, Refinitiv, indique : "Alors que le rythme des transactions a ralenti au niveau mondial par rapport au premier semestre record de 2021, il en a été de même pour les fusions et acquisitions en France. Les opérations impliquant une participation française ont diminué de 23 % par rapport au niveau enregistré au premier semestre de l'année dernière, les conflits mondiaux, la volatilité des marchés boursiers et les inquiétudes liées à la hausse des taux d'intérêt et de l'inflation ayant incité les conseils d'administration à la prudence. Malgré le ralentissement par rapport à l'année dernière, l'activité française de fusion et d'acquisition affiche toujours une vigueur historique avec près de 1600 opérations annoncées depuis le début de l'année... Et le capital-investissement reste un domaine de prédilection, les groupes de rachat ayant soutenu plus d'opérations avec des cibles françaises cette année que sur toute autre période depuis le début de nos archives en 1980. Bien que de nombreux facteurs qui ont stimulé les transactions l'année dernière demeurent - bilans solides des entreprises, fortes ambitions de croissance des PDG et des conseils d'administration, et taux d'intérêt historiquement bas - l'environnement des transactions a sans aucun doute changé et les transactions en 2022 semblent beaucoup plus incertaines."

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !