Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Loi anti-gaspillage : vers la vente de médicaments à l'unité ?

Loi anti-gaspillage : vers la vente de médicaments à l'unité ?

Selon les données de l'Institut de recherche anti-contrefaçon des médicaments (IRACM), les Français jettent chaque année près de 1,5 kg de médicaments.

Loi anti-gaspillage : vers la vente de médicaments à l'unité ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Promesse de campagne d'Emmanuel Macron en 2017, la vente de médicaments à l'unité en pharmacie sera peut-être bientôt rendue possible... Les députés ont effet donné leur feu vert en commission à cette proposition lors de l'examen du projet de loi anti-gaspillage.

"Afin d'éviter le gaspillage", l'amendement LREM propose "la délivrance de médicament en officine", "lorsque leur forme pharmaceutique le permet et sans porter atteinte à la liberté des prescriptions médicales".

La disposition doit encore passer devant l'Assemblée nationale à partir du 9 décembre. Si la mesure est acceptée, elle devrait entrer en application à compter du 1er janvier 2022.

Un Français gaspille 1,5 kg de médicaments par an

Selon les députés LREM, qui se basent sur les chiffres de l'Institut international de recherche anti-contrefaçon (IRACM), un Français gaspille 1,5 kg de médicaments par an, soit environ un médicament sur deux "rangé au fond d'une armoire à pharmacie".

"Ces médicaments non consommés finissent bien souvent jetés à la poubelle ou les toilettes. Ils se retrouvent ensuite soit dans la nature, soit dans les stations d'épuration, qui ne sont pas capables de les éliminer totalement. Une partie rejoint nos rivières", affirment les députés, ajoutant qu'"il s'agit donc d'un enjeu environnemental fort".

Des expérimentations mitigées

Les députés rappellent par ailleurs que la dispensation de médicaments à l'unité existe déjà dans d'autres pays, comme au Canada, et que cette disposition pourrait permettre d'obtenir des résultats positifs dans la lutte contre le gaspillage.

En France, des expérimentations ont déjà eu lieu dans une centaines de pharmacies qui s'étaient portées volontaires pour tester la vente de médicaments à l'unité pour 14 antibiotiques et leurs génériques entre 2014 et 2016. Ces tests n'avaient toutefois pas convaincu les pharmaciens, qui mettaient en cause les démarches administratives lourdes.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com