»
»
»
Consultation

Les salariés de Luxfer tentent de sauver leur usine

Les salariés de Luxfer tentent de sauver leur usine

Ils bloquent l'usine depuis le 12 février pour empêcher leur propriétaire britannique de fermer l'outil.

Les salariés de Luxfer tentent de sauver leur usine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les 136 salariés du site de Luxfer Gas Cylinders, spécialisé dans la production à Gerzat (Puy-de-Dôme) de bouteilles de gaz à haute pression pour le secteur médical, les pompiers ou l'aéronautique, bloquent l'usine depuis le 12 février pour empêcher leur propriétaire britannique de fermer l'outil.

Luxfer est coté à la bourse de New-York et propriétaire depuis 2001 du site français. L'entreprise veut rapatrier l'activité française de production de bouteille de gaz à Nottingham, au Royaume-Uni, et à Riverside, aux Etats-Unis, invoquant des raisons de compétitivité. "Il revient moins cher de produire à Nottingham et à Riverside", plaide un porte-parole de la direction. "Les sites sont plus importants et il est possible de réaliser des économies d'échelle."

"Absurdité pour les actionnaires"

Les salariés, qui refusent la fermeture du site français, ont demandé à la direction de revenir sur sa décision - ce qu'elle a déjà catégoriquement refusé. "Ce serait une absurdité pour les actionnaires", estime Axel Peronczyh, représentant du personnel, soulignant que le site est rentable et que la fermeture, avec le coût des indemnités et de la dépollution, reviendrait à environ 25 millions d'euros. Les salariés proposent de céder le site à un repreneur, ce que la direction n'envisage qu'à condition de pouvoir récupérer les équipements et de vendre l'activité à un non-concurrent.

Le porte-parole de Luxfer Gas Cylinders évoque la possibilité "de trouver une autre activité durable pour le site", mais affirme que "cette procédure de réindustralisation inclura la possibilité d'une vente à des producteurs de bouteilles de gaz dont les coeurs de métiers seraient différents de ceux de Luxfer Gas Cylinders".

Un repreneur ?

Cette solution est rejetée par les salariés, soutenus par les pouvoirs publics, élus locaux, mais également représentants de l'Etat. La préfète du Puy-de-Dôme, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, a demandé cette semaine au groupe britannique de rechercher un repreneur sans restriction de marché. Les salariés, accompagnés du maire de Gerzat, ont été reçus au ministère de l'Economie et des Finances le 11 février.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com