»
»
»
Consultation

Les pilotes d'Air France lèvent la grève

Les pilotes d'Air France lèvent la grève

Valls se félicite de "la fermeté du gouvernement"...

Les pilotes d'Air France lèvent la grève
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dans son 14e jour de grève, le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne), syndicat majoritaire auprès des pilotes d'Air France, a décidé de lever son mot d'ordre de blocage du trafic. "Je vous confirme que le SNPL a décidé de mettre fin à la grève", a déclaré à la mi-journée Julien Duboz, porte-parole du Syndicat des pilotes d'Air France. Reste au Spaf à se prononcer sur la poursuite ou non du mouvement...

Pas de compromis

Alors que les négociations avaient achoppé, sans laisser entrevoir la moindre perspective de sortie de crise après le refus du gouvernement et de la direction du groupe de nommer un médiateur, un nouveau round de discussions s'est tenu cette nuit. Il n'a cependant pas permis de nouveaux développements sur la revendication de contrat unique pour les pilotes d'Air France et de Transavia, chacune des parties campant sur ses positions.

"Reconquérir la confiance"

Le Secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, s'est dit "heureux qu'Air France puisse retrouver un fonctionnement normal". Pour sa part, Manuel Valls a pris acte de cette décision de cesser le mouvement. Après s'être félicité de "la fermeté du gouvernement" sur ce dossier, le Premier ministre a invité syndicats et direction à "reconquérir la confiance de tous" et à "reprendre au plus vite" le développement du groupe, "notamment au travers de sa filiale Transavia France qui représente un atout indéniable sur le marché en plein essor du low-cost".

"Une entreprise gravement fragilisée"

Chaque jour d'immobilisation a coûté entre 15 et 20 millions d'euros à la compagnie, soit pour l'ensemble du mouvement environ 250 millions d'euros. Ces pertes devraient une nouvelle fois précipiter les comptes d'Air France dans le rouge pour 2014. Ce matin lors du Grand Rendez-vous Europe 1/ Le Monde/ i-Télé, Ségolène Royal a estimé que cette grève constituait "un vrai problème pour l'avenir de l'entreprise". La Ministre de l'Ecologie a considéré qu'avec ce mouvement des pilotes "l'entreprise est gravement fragilisée". Ségolène Royal a, "au-delà des fortes tensions" entre les parties, exhorté syndicats et direction à "renouer le dialogue", tout en estimant que l'abandon du projet de compagnie low-cost européenne basée au Portugal constituait "une concession suffisante de la part de la direction".

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com