Proposé par

Les "géants de la tech" à l'assaut des jeux vidéo !

Les "géants de la tech" à l'assaut des jeux vidéo !

Après le streaming dans la vidéo et la musique, plusieurs géants de la tech se sont attaqués au secteur juteux des jeux vidéo...

Les 'géants de la tech' à l'assaut des jeux vidéo !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors qu'elle pèse désormais plus lourd que celles du cinéma et de la musique réunies, l'industrie vidéoludique ne s'est jamais aussi bien portée... Au niveau mondial, le marché a atteint les 300 Milliards de dollars de recettes, avec 2,7 Milliards de joueurs, selon une étude publiée fin avril par Accenture.

Une tendance qui devrait se poursuivre : 400 millions de gamers supplémentaires sont attendus d'ici fin 2023. Ce succès fulgurant a attiré dans ses rangs plusieurs géants de la tech. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Microsoft, Amazon), dont certains s'étaient déjà lancés dans le streaming pour la vidéo et la musique, ont misé sur les jeux vidéo.

Dès octobre 2018, Google notamment avait surpris les utilisateurs de son navigateur Chrome, en leur offrant la possibilité de jouer à "Assassin's Creed : Odyssey". Ce partenariat inédit avec Ubisoft était en fait le fer de lance de Projet Stream, le service de cloud gaming (jeu à la demande) de sa maison-mère Alphabet.

Nouveaux horizons

De son côté, Amazon a mis la main sur Twitch en 2014 pour 970 millions de dollars. A la fin de l'année 2020, la plateforme de diffusion de jeux vidéo en ligne, d'abord destinée aux passionnés d'eSport, revendiquait 15 millions de streamers actifs. Alors que le jeu vidéo est devenu plus qu'un simple hobby, l'eSport, qui pèse 1,3 milliard de dollars, est d'ailleurs parvenu à entrer dans une nouvelle dimension il y a quelques années, avec des stars internationales pleines, des centaines de millions de fans sur le Web, des salles combles et des sponsors généreux...

Un peu plus discret, Facebook n'en est pas moins bien présent dans le secteur. Après avoir racheté en 2014 les casques de réalité virtuelle Oculus pour 3 milliards de dollars, le géant américain a lancé il y a près d'un an une offre de jeux vidéo en streaming avec un petit catalogue de jeux plutôt axés sur le mobile et "casual"...

Apple a gagné plus que Microsoft, Sony et Nintendo réunis en 2019

Dans cet agrégat de géants de la tech, Microsoft semble s'être véritablement imposé dans l'industrie. Ses efforts ne datent pas d'hier, puisque dès 2001, la multinationale informatique a défié les japonais Sony, Nintendo et Sega en créant la première console de jeux vidéo américaine. Deux décennies plus tard, la Xbox One représente le troisième puissant pilier du secteur, derrière la PlayStation 4 de Sony, avec qui elles partagent un catalogue de jeux quasiment similaire, et la Switch de Nintendo.

Acteur a priori mineur du jeu vidéo, le géant californien Apple, qui s'est lancé en 2019 dans le jeu vidéo via son service de gaming par abonnement "Arcade", ferait de son côté plus de profit dans le secteur que ses poids lourds réunis, à savoir Microsoft, Sony, Nintendo et Activision-Blizzard, comme l'a récemment révélé le 'Wall Street Journal'. Ses jeux proposés sur l'App Store ont permis d'engranger plus de 8,5 milliards de dollars sur l'année fiscale 2019, soit 2 milliards de dollars de plus que les profits cumulés des poids lourds de l'industrie.

Alors que le cloud gaming est désormais bien installé dans le paysage vidéoludique, le géant californien a souhaité s'assurer que les services de Nvidia (GeForce Now), Google (Google Stadia), Microsoft (xCloud) ou encore de Facebook (Facebook Gaming), ne puissent pas faire de l'ombre à sa propre offre "Arcade", en imposant des règles strictes. Apple exige que les services de cloud gaming soumettent des applications individuelles à son App Store pour validation, même si elles font partie d'un catalogue de streaming de centaines de titres...

Une méconnaissance du milieu ?

Le succès d'Apple réside également dans la commission de 30% - source de polémique récurrente - que la firme de Cupertino prend sur tous les achats (de jeux ou dans le jeu) réalisés sur sa plateforme. Cette commission, considérée comme excessive pour certains, est d'ailleurs en partie à l'origine du procès qui l'oppose à Epic Games. Alors que son jeu "Fortnite" avait été retiré de l'App Store en août 2020, le studio américain a accusé la firme de Tim Cook de pratique anticoncurrentielle. En septembre dernier, une juge américaine avait décidé qu'Apple ne pourra plus imposer aux éditeurs d'utiliser son système de paiement au sein de leurs applications, évoquant un comportement "anti-compétitif".

Si les géants de la tech sont parvenus à se faire une place dans l'industrie du jeu vidéo, certains d'entre eux connaissent des ratés. La conquête du jeu vidéo s'est avéré plus complexe que prévu, notamment pour Google qui a abandonné en février dernier le développement de jeux vidéo et annoncé la fermeture des studios de développement Stadia Games and Entertainment, fondés il y a à peine deux ans à Montréal et Los Angeles. Le magazine spécialisé 'Wired' expliquait cet échec notamment par le fait que le géant du web n'avait pas saisi la complexité du processus de création de jeux vidéo, sous-estimant les ressources humaines et financières nécessaires.

Une enquête publiée en début d'année par Bloomberg a montré par ailleurs qu'Amazon, qui a rencontré de nombreuses difficultés dans la production en propre de jeux vidéo, a pêché par méconnaissance de l'industrie. Fin septembre dernier, l'entreprise de Jeff Bezos, qui injecte 500 millions de dollars par an dans ses activités jeux vidéo, a lancé son premier jeu vidéo haut de gamme, "New World", développé et édité par Amazon Game Studios. Un gros pari pour le géant américain, qui avait déjà dû annuler deux autres jeux en 2017 et 2020, faute de résultats convaincants...

Vous souhaitez investir dans les jeux vidéo ?

Avec eToro, adoptez une approche intelligente et innovante de l'investissement personnel. Choisissez un portefeuille équilibré et entièrement alloué, axé sur les segments de marché que vous pouvez comprendre et auxquels vous pouvez vous identifier.

___________________________________________________________________________

Votre capital est à risque.

Cette communication est proposée à titre informatif et pédagogique uniquement et ne doit pas être considérée comme contenant des conseils d'investissement, des recommandations personnelles, une offre ou une sollicitation pour l'achat ou la vente d'instruments financiers. Ce document a été élaboré sans aucune considération à l'égard de quelconque objectif d'investissement ou situation financière du destinataire. Toute référence aux performances passées ou futures d'un instrument financier n'est pas, et ne devrait pas être considérée comme un indicateur fiable des résultats futurs. eToro n'accorde aucune garantie et n'assume aucune responsabilité concernant la précision ou l'exhaustivité de cette publication.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Dossier

Dossier spécial "Les jeux vidéo"

Dossier spécial "Les jeux vidéo"

Considéré initialement comme un secteur d’activité réservé aux « geeks », les jeux vidéo ont progressivement élargi leur public ces dernières années… Grâce aux avancées technologiques, à la mobilité et plus récemment aux plateformes, le profil des gamers, moins masculin et plus âgé, n’a cessé d’évoluer. Au point de transformer le secteur de manière spectaculaire en un marché global. L’arrivée des GAFA dans la partie indique que le jeu reste ouvert et plus que jamais interconnecté. Que le ...

Sommaire