Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Les Français renoncent à se faire soigner, les services de santé s'inquiètent...

Les Français renoncent à se faire soigner, les services de santé s'inquiètent...

L'Assistance Publique-Hopitaux de Paris (AP-HP) évoque également une "diminution significative du nombre de personnes admises dans les services d'urgence de ses hôpitaux pour des pathologies autres que le COVID-19.

Les Français renoncent à se faire soigner, les services de santé s'inquiètent...

(Boursier.com) — Une baisse de 60% des consultations de spécialistes, de 40% des consultations de généralistes, et un fort recul du dépistage de certains cancers et de la vaccination... Les Français renoncent à se faire soigner depuis le 17 mars et le début du confinement, probablement inquiets à l'idée de contracter le coronavirus en allant voir leur médecin.

Les personnes malades doivent "rester confinées chez elles, en respectant les consignes des autorités sanitaires, et ne pas renoncer aux soins", exhortent dans un communiqué commun six organisations nationales du monde la santé...

Autres pathologies existantes

"Il est essentiel de continuer à se soigner et (...) les autres pathologies existantes ne doivent pas être négligées", alertent ces organisations en mettant en garde sur les graves dommages susceptibles d'être engendrés par ces renoncements aux soins, qu'il s'agisse de pathologies chroniques ou de soins urgents.

"En cas de doute sur son état de santé, il est essentiel de continuer à contacter son médecin ou d'appeler le 15, selon la situation", insistent-elles en rappelant que le recours à la téléconsultation et aux télésoins est possible et pris en charge par l'Assurance maladie...

Baisse des admissions aux urgences

Les organisations signataires du communiqué diffusé mercredi sont la Fehap (Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs), la FHF (Fédération hospitalière de France), la FHP (Fédération de l'hospitalisation privée), France Assos Santé (fédération de plusieurs associations de malades), Unicancer (réseau hospitalier fédérant les centres de lutte contre le cancer) et l'UNPS (Union nationale des professionnels de santé, qui représente 12 professions de santé dont les médecins, les pharmaciens et les dentistes par exemple).

Dans un communiqué distinct, l'Assistance Publique-Hopitaux de Paris (AP-HP) évoque également une "diminution significative du nombre de personnes admises dans les services d'urgence de ses hôpitaux pour des pathologies autres que le COVID-19 et une baisse importante et inquiétante de fréquentation des services d'oncologie notamment".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !