»
»
»
Consultation

Les emplois francs au petit trot...

Les emplois francs au petit trot...

L'objectif est de signer 50.000 contrats d'ici 2019 mais depuis avril, seuls 2.200 ont été enregistrés...

Les emplois francs au petit trot...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — A peine 2.200 emplois francs ont été signés depuis le lancement de l'expérimentation du dispositif en avril... C'est très loin de l'objectif prévu de 50.000 contrats d'ici fin 2019.

Pôle Emploi relativise ces statistiques en expliquant envisager la signature de 15.000 à 20.000 contrats par an dans le cadre de cette mesure lancée par Emmanuel Macron pour faire reculer le chômage dans les zones défavorises et lutter contre la discrimination...

Montée en charge

L'opérateur public affirme qu'il se satisferait de 4.000 à 5.000 conclus d'ici fin 2018... "C'est une montée en charge assez classique sur un dispositif de ce type. Dans un premier temps, il faut faire connaître la mesure", a déclaré à des journalistes Michael Ohier, son directeur général adjoint, cité par l'agence de presse Reuters.

"Dans un deuxième temps, on connaît une phase d'accélération", a-t-il ajouté en précisant que cette phase se faisait sentir depuis début septembre. En ce moment, quelque 150 demandes d'aides sont déposées par semaine, dit-il.

Expérimentation

L'expérimentation a débuté le 1er avril dans 7 territoires (Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Val d'Oise, Essonne, à Lille, Marseille et Angers) et doit se poursuivre jusqu'à la fin 2019, avant une généralisation prévue en 2020...

Le dispositif prévoit une prime à l'embauche de 5.000 euros par an sur trois ans pour toute entreprise ou association qui engagerait en CDI un habitant d'un quartier prioritaire. Les primes sont de 2.500 euros par an sur deux ans pour les entreprises ou associations qui recruteraient un habitant en CDD de plus de six mois.

Injuste et démoralisant

Le but de l'initiative est de lutter contre la discrimination à l'embauche... "A qualifications égales ou à expériences égales, aujourd'hui, un habitant d'un quartier prioritaire de la ville a trois fois moins de chances qu'un autre de trouver un emploi", a dit la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, lors du lancement du dispositif. "C'est injuste, c'est démoralisant et c'est ça qu'on va inverser avec les emplois francs".

Contrairement au dispositif lancé par François Hollande, qui s'était soldé par la signature de 280 emplois uniquement, ces contrats s'adressent à tous les résidents du territoire. Il n'existe pas de condition d'âge, de diplôme, de rémunération ou de temps de travail, précise Michael Ohier. L'entreprise requérante ne doit pas non plus nécessairement être localisée dans ces quartiers...

Difficile à comprendre

Mais cela signifie que le bassin de candidats est très large. On dénombre 185.000 demandeurs d'emplois provenant de quartiers prioritaires sur les sept territoires en expérimentation - 765.000 lorsque l'expérience sera généralisée...

Pour certaines entreprises, le concept est encore difficile à comprendre, ce qui peut expliquer leur réticence, explique Laura Violas, déléguée générale du syndicat patronal CPME 95, dans le Val-d'Oise. "Elles se demandent si elles doivent chercher d'abord un résident ou si elle doivent cogner à la porte de Pôle emploi", dit-elle.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com