»
»
»
Consultation

Les éditeurs de presse veulent que Google paie pour indexer leurs contenus...

Les éditeurs de presse veulent que Google paie pour indexer leurs contenus...

Un projet de loi a été soumis au ministère de la Culture

Les éditeurs de presse veulent que Google paie pour indexer leurs contenus...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Faire vaciller l'empire Google et inverser le rapport de force entretenu avec les éditeurs de presse, tel est l'objectif d'un projet de loi soumis au gouvernement par ces derniers... Ils réclament aux moteurs de recherche, une rémunération en contrepartie de l'utilisation de leurs contenus. Avec plus de 90% de parts de marché en France, la firme de Mountain View est implicitement visée par ce projet...

Rééquilibrer les rapports de force
"D'un côté, les éditeurs s'engagent à renoncer à leur droit d'interdire l'indexation de leurs contenus par les moteurs de recherche (...) En contrepartie, nous demandons la création d'un droit voisin qui permettrait de faire payer par les moteurs de recherche une juste rémunération, chaque fois qu'un de nos contenus est indexé", expliquent les instigateurs du projet - Nathalie Collin, présidente de l'Association de la presse d'information politique et générale, Francis Morel, le vice-président, et Marc Feuillée, le président du Syndicat de la presse quotidienne nationale - dans une interview accordée au 'Figaro'. Ils recommandent en outre, la création d'une commission paritaire qui répartirait ensuite les sommes perçues, entre les différents journaux.

Monétiser les audiences
Les éditeurs de presse peinent toujours à monétiser leurs audiences, tant les marges de manoeuvre sont faibles. Or, "Google s'attaque au marché de la publicité par bannières", le seul sur lequel les éditeurs de presse peuvent encore tirer des recettes, explique Françis Morel. Avec cette loi, Maxime Feuillé estime qu'au final, tout le monde y gagnerait : "Pour Google qui continuera à croître grâce à nos contenus, pour nous qui trouverons les moyens d'investir et pour les internautes qui trouveront une information de qualité et pluraliste".

Les échecs de la taxe Google
Si ce projet de loi venait à être adopté, il s'agirait d'une grande première au niveau législatif. L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy avait tenté de lancer l'idée d'une taxe sur la publicité en ligne pour les moteurs de recherche, mais aussi pour Facebook. Or, les sièges européens de ces entreprises se trouvent en Irlande, là où la fiscalité est plus intéressante... Pas sûr donc, qu'un changement de législation au niveau de la France suffise. Il faudrait revoir le système fiscal européen voire international dans son ensemble. D'autant que la position hégémonique de Google commence à sérieusement agacer les législateurs. Plusieurs enquêtes sont en cours pour "abus de position dominante" en Europe, aux Etats-Unis, en Corée du Sud ou encore en Inde. Pour le moment, les défenseurs du projet assurent que sa mise en oeuvre est simple, et espèrent qu'il pourra entrer en vigueur début 2013...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com