»
»
»
Consultation

Les compléments alimentaires sont-ils inefficaces et dangereux ?

Les compléments alimentaires sont-ils inefficaces et dangereux ?

Les Français en ont acheté pour près de deux milliards d'euros l'an dernier, mais beaucoup seraient inefficaces voire dangereux...

Les compléments alimentaires sont-ils inefficaces et dangereux ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les Français sont les premiers consommateurs de compléments alimentaires... Un marché très porteur pour les laboratoires, puisqu'ils en ont acheté pour près de deux milliards d'euros en 2018.

Le magazine '60 Millions de consommateurs' a passé au crible 120 compléments parmi les plus vendus, qu'il s'agisse de gélules, de sirops, ou de poudres. Premier problème : la performance de nombreux produits n'a jamais été prouvée, faute d'études scientifiques solides. Les "compléments vitalité", formulés à base de vitamine C et censés lutter contre les épisodes de fatigue n'ont par exemple "jamais fait la preuve de leur efficacité dans le traitement du rhume ou de l'immunité".

Dangereux ?

Et ces gélules et autres potions aux promesses nombreuses pourraient même être dangereuses ! "Nous avons pu constater que beaucoup de ces produits sont élaborés avec un grand nombre d'additifs dont certains peuvent nuire à la santé, tel le colorant rouge allura, qui favorise l'hyperactivité chez les enfants ; ou encore le dioxyde de titane, soupçonné d'être pro-inflammatoire et néfaste au système immunitaire", explique l'étude.

Le magazine met aussi en garde contre les dosages excessifs ou inutiles, "du type : +200% de vitamine C". L'élimination des excédents de ces substances peut nuire au foie ou aux reins et certaines vitamines prises de manière trop importante sur de longues durées sont susceptibles de nuire au système nerveux alors que, paradoxalement, elles étaient préconisées pour l'améliorer. C'est le cas de la vitamine B6 ou de la vitamine B12.

Inutiles ?

Inutiles, les compléments alimentaires ? "Une alimentation équilibrée apporte tous les nutriments dont le corps à besoin", explique Aymeric Dopter, adjoint au chef de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), cité par '60 millions de consommateurs'. D'autant que les premiers utilisateurs seraient le plus souvent des profils aisés, pouvant s'offrir une alimentation saine et ne présentant donc pas de carences.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com