»
»
»
Consultation

Le sort d'Ascoval sera examiné le 12 décembre au tribunal

Le sort d'Ascoval sera examiné le 12 décembre au tribunal

La justice a accepté d'assouplir une nouvelle fois son calendrier et de renouveler la période d'observation dont bénéficie l'entreprise...

Le sort d'Ascoval sera examiné le 12 décembre au tribunal
Crédit photo © Vallourec

(Boursier.com) — La date de l'audience était prévue pour ce mercredi... Le projet de reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) et de ses 280 salariés, qui dépend du bouclage de son plan de financement, sera finalement examiné le 12 décembre par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg.

Le tribunal a donc accepté d'assouplir une nouvelle fois son calendrier et de renouveler la période d'observation dont bénéficie l'entreprise, placée en redressement en novembre 2017 en même temps que sa maison mère, Ascometal.

Ce sursis avait été demandé par les protagonistes du dossier : Etat, collectivités, représentants des salariés et repreneur potentiel, le groupe franco-belge Altifort. ce dernier veut en effet mettre au point un plan de financement remanié après le refus de Vallourec d'y participer...

Davantage de temps

Le gouvernement a demandé à Altifort, seul candidat à la reprise d'Ascoval, de présenter une offre sans l'aide de Vallourec, principal client et premier actionnaire d'Ascoval. Les différentes parties se sont donné jusqu'à début décembre pour viabiliser cette offre. Les financements nécessaires sont estimés entre 150 et 200 millions d'euros...

Le premier plan d'Altifort prévoyait une contribution de Vallourec d'environ 50 millions d'euros, dont le fabricant de tubes sans soudure estimait qu'elle le fragiliserait sans garantir la pérennité d'un projet dont les besoins sont évalués à 200 millions d'euros.

L'Etat prendra sa part

Altifort prévoit d'investir 20 à 30 millions d'euros en fonds propres, les collectivités locales sont prêtes à mettre la main à la poche pour 22 millions (12 millions des Hauts-de-France et 10 millions de Valenciennes Métropole) et le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a promis que l'Etat apporterait un euro d'argent public pour un euro investi par le privé.

Coentreprise d'Ascometal (60%) et de Vallourec (40%) l'usine de Saint-Saulve a été exclue début 2018 du périmètre de rachat d'Ascometal par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com