»
»
»
Consultation

Le Smic sera revalorisé de 2% le 1er juillet

Le Smic sera revalorisé de 2% le 1er juillet

Compte tenu de l'inflation, le coup de pouce se limite à 0,6 point...

Le Smic sera revalorisé de 2% le 1er juillet
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est confirmé : le Smic sera augmenté de 2% au 1er juillet prochain inflation comprise, a indiqué à Reuters un représentant syndical, participant mardi à une réunion de la Commission nationale de la négociation collective avec le ministre du Travail, Michel Sapin. Le "coup de pouce gouvernemental" se limite en réalité à 0,6 point, compte tenu d'une inflation de 1,4% depuis la dernière hausse du salaire minimum intervenue le 1er janvier dernier.

Le salaire horaire brut en France sera ainsi porté à 9,4 euros et le salaire minimum mensuel brut à 1.425,67 euros, précise-t-on de même source. Le Smic est aujourd'hui à 9,22 euros bruts de l'heure et 1.398,37 euros bruts par mois pour un temps plein (151,67 heures).

"Un coup de pouce" loin des attentes de certains syndicats. Force Ouvrière souhaitait atteindre un objectif final de 1.340 euros nets par mois alors que la CGT visait un Smic mensuel à 1.700 euros bruts. La CFDT estime pour sa part qu'il faut aller plus loin, "le coup de pouce" n'étant pas une solution à long terme. Elle préconise une révision des grilles salariales.

Les entreprises et organisations patronales estiment de leur côté que cette hausse est déjà trop importante... "Ce qui est acceptable, c'est une augmentation qui est conforme à ce qui ce fait depuis des années (...) c'est-à-dire une augmentation liée à des critères économiques objectifs (inflation, productivité), mais toute hausse supérieure ferait prendre un risque à l'emploi", a prévenu lundi matin Laurence Parisot, présidente du Medef sur le plateau de France 2.

Un point de vue partagé par Francis Kamarz, un des membres du groupe d'experts sur le Smic, et directeur du Centre de recherche en économie et statistique (Crest). "Une augmentation de 1% du Smic correspond à une destruction d'environ 1,5% des emplois situés au salaire minimum, soit de l'ordre de 15.000 à 25.000 postes perdus", avait-il expliqué dans une interview accordée il y a quelques jours aux 'Echos'. Faux, rétorque Jean-Claude Mailly. Selon le leader syndical de Force Ouvrière, les experts de ce centre de recherche sont "tous libéraux". "Personne n'a pu prouver que toute augmentation du Smic détruisait de l'emploi", a-t-il dit hier sur France Inter.

Si Laurence Parisot ne se montre pas favorable à un "coup de pouce" conséquent sur le Smic, ce n'est pas pour autant "qu'il ne faut pas s'intéresser au pouvoir d'achat net des Français", explique-t-elle... La présidente du Medef propose ainsi une alternative : "toute baisse des cotisations (patronales et salariales), c'est une augmentation du pouvoir d'achat net des salariés". Une mesure soutenue par l'ancienne ministre du Budget, Valérie Pécresse : "Il fallait augmenter le Smic, comme le proposait Nicolas Sarkozy, mais par la baisse des charges des entreprises et des salariés", a-t-elle martelé au micro d'Europe 1...

©2012-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com