Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Le site PSA d'Aulnay fermera bien ses portes en 2014...

Le site PSA d'Aulnay fermera bien ses portes en 2014...

Dans ce contexte de "réduction durable d'activité en Europe"...

Le site PSA d'Aulnay fermera bien ses portes en 2014...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Comme prévu, Peugeot a dévoilé ce matin les grandes lignes d'un plan destiné à "restaurer sa compétitivité" et "assurer son avenir". Le constructeur souligne que le résultat opérationnel courant estimé de la division automobile sera en perte de l'ordre de 700 millions d'euros sur le 1er semestre, avec une consommation de trésorerie de l'ordre de 200 millions d'euros par mois depuis mi-2011, hors éléments exceptionnels. Le résultat net du groupe sera négatif sur le premier semestre, prévient-il.

Dans ce contexte de "réduction durable d'activité en Europe", PSA présente un projet de réorganisation des activités industrielles et de redéploiement des effectifs. Comme cela était redouté, la production de l'usine d'Aulnay est stoppée, mais un projet de revitalisation du site est prévu "pour maintenir sa vocation industrielle". Le dispositif industriel de Rennes va être en outre "adapté", en préalable à des investissements futurs, tandis que des effectifs seront redéployés.

Concrètement, la production sera arrêtée à Aulnay, qui emploie 3000 salariés, en 2014. Les activités en Ile-de-France seront regroupées sur Poissy. Le groupe "s'engage à proposer une solution à son problème d'emploi à chaque salarié d'Aulnay". Le dispositif devrait permettre d'identifier 1.500 postes à l'intérieur du groupe, essentiellement à Poissy. Un nombre comparable de salariés se verrait proposer des postes dans le bassin d'emploi d'Aulnay grâce aux actions de reclassement externe, assure le constructeur.

A Rennes, la production dédiée aux Peugeot 508 et Citroën C5 et C6 est affectée par la baisse du marché européen des grandes berlines, "baisse qui s'inscrit dans une tendance durable", selon le groupe, qui prévoit un redéploiement des effectifs de 1.400 emplois sur un total de 5.600 salariés. Là aussi, PSA assure qu'il mettra en oeuvre les moyens d'accompagnement nécessaires, afin de parvenir à une solution de reclassement identifiée pour chacun des salariés concernés, en interne ou dans le bassin d'emploi.

Sur les deux sites, un plan de sauvegarde de l'emploi sera soumis pour consultation aux instances représentatives du personnel. Une période de volontariat sera proposée jusqu'à mi-2013. Le groupe prévoit au total une baisse de 3.600 emplois en France, sur l'ensemble des sites. Un plan de départs volontaires de l'entreprise serait proposé aux salariés. Ce projet de réorganisation de la base industrielle française et de redéploiement des effectifs doit contribuer au retour à l'équilibre du cash-flow opérationnel à fin 2014 dans les conditions actuelles du marché automobile, avant que les effets de l'Alliance avec General Motors ne se fassent pleinement sentir. Les mesures seront détaillées le 25 juillet, en marge de la publication des comptes.

"Je mesure pleinement la gravité des annonces faites aujourd'hui ainsi que le choc et l'émotion qu'elles provoquent dans l'entreprise et dans son environnement", a assuré Philippe Varin, le président du directoire.

©2012-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !