Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Le patron de Nestlé France fustige les méthodes des distributeurs

Le patron de Nestlé France fustige les méthodes des distributeurs

Richard Girardot évoque une "situation de concurrence anormale" où les distributeurs sont rois...

Le patron de Nestlé France fustige les méthodes des distributeurs
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — On savait que les distributeurs mettaient la pression sur leurs fournisseurs pour obtenir de meilleurs prix... Mais le patron de Nestlé-France lance aujourd'hui un véritable cri d'alarme, en estimant que les pressions sont devenues excessives sur les industriels. Dans un entretien publié par 'Le Figaro' de mardi, Richard Girardot dénonce ainsi une "situation de concurrence anormale", née de la guerre des prix que se livrent les distributeurs depuis la crise de 2008, et en appelle à la direction de la concurrence pour mieux réguler le marché.

Des marges écrasées pour les industriels

Le dirigeant fustige les méthodes des distributeurs, qui aboutissent à "une situation où le commercial se retrouve à 23 heures à attendre dans un box, soumis à une pression digne d'une garde à vue". "Nous avons écrasé nos marges pour continuer d'être référencés chez les distributeurs", en baissant notamment les prix de produits phares comme Ricoré ou Mousline. Mais dans le même temps, "pour compenser cet effort, (les distributeurs) ont augmenté les prix des produits vendus sous leurs marques propres", tempête le PDG de Nestlé-France.

En outre, les distributeurs "sont revenus nous mettre la pression tout au long de l'année en renégociant sous différentes formes, pour nous faire baisser les tarifs, financer leurs promotions ou revoir les conditions de lancement des innovations. Est-ce légal ? " Richard Girardot ajoute que les distributeurs "refusent de signer des chartes de bonnes pratiques avec les industriels, alors que nous en signons avec les agriculteurs".

Le rôle de la DGCCRF remis en cause...

M. Girardot s'interroge également sur le travail des "gendarmes" de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), qu'il accuse d'être "toujours prompte à prendre la parole contre les industriels".

Il critique notamment la lenteur de la DGCCRF à se prononcer sur les projets de rapprochements entre les centrales d'achat des grandes enseignes (Auchan/Système U et Casino/Intermarché), qui constituent ainsi des forces de frappe ultra-puissantes face aux fournisseurs.

L'avis de la Direction de la concurrence était attendu en principe avant la fin du premier trimestre qui s'achève ce mardi. "Cela fait sept mois que les premiers rapprochements entre centrales d'achat ont été annoncés et l'Autorité n'a toujours pas rendu sa décision sur le sujet, laissant passer la période cruciale des négociations tarifaires annuelles", a souligné le PDG de Nestlé-France.

©2015-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !