Le pass vaccinal arrive au Sénat

Le pass vaccinal arrive au Sénat

Le président LR Gérard Larcher plaide pour un "pass assoupli", qui ne serait plus en vigueur en dessous de la barre de 10.000 hospitalisations en France.

Le pass vaccinal arrive au Sénat
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'adoption par les députés à l'Assemblée a été très compliquée et tendue... Le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal arrive ce mardi devant le Sénat, dominé par l'opposition de droite, et qui devrait le voter non sans y donner quelques coups de griffes.

"Nous allons examiner aujourd'hui et demain le texte, en recherchant l'objectif : apporter une meilleure sécurité sanitaire aux Français, mais aussi répondre à des questions concrètes, on l'a vu par exemple sur la gestion des écoles et des tests", a expliqué sur France Inter le président LR Gérard Larcher. Selon lui, le Sénat vise un "pass assoupli". "Nous avons fixé une barre au-dessus de laquelle le pass s'applique - 10.000 hospitalisations - en dessous de laquelle il ne s'applique plus, avant de faire son retour en cas de nouvelle vague", a expliqué Gérard Larcher.

"Le pass vaccinal ce n'est pas rien, notamment sur la question des mineurs, donc on restera au pass sanitaire pour les moins de 18 ans. Enfin la question du contrôle, est-ce que chacun devient contrôleur d'identité ? (Les cafetiers et les restaurateurs en seront chargés, selon le texte de l'exécutif, Ndlr). Nous le modulons, et il y aura des discussions", a détaillé le président du Sénat.

"Pas notre projet de société"

"Evidemment, si on peut arrêter le pass avant, on le fera. On a toujours dit que c'était un outil qu'on utilisait dès lors qu'il y avait un risque. Je le redis avec force : le pass vaccinal n'est pas notre projet de société" , a lancé Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, au micro d'Europe 1.

"Notre projet de société est la liberté des Français. C'est pour ça aussi qu'on a été amenés à prendre des mesures pour qu'ils puissent continuer à aller au restaurant, au cinéma, pour qu'ils puissent continuer à se voir, pour que leurs enfants puissent continuer à aller à l'école. Ca nous amène à prendre parfois des mesures difficiles et mettre en place des outils qui font peser des contraintes sur un certain nombre de Français notamment les non-vaccinés, mais je redis que dès qu'on pourra se passer du pass vaccinal, on s'en passera avec plaisir !", a-t-il argumenté.

Malgré le retard après les couacs à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Jean Castex a dit espérer "vivement" que le "pass vaccinal" entrera en vigueur dès le 15 janvier. "Nous l'espérons le 15, mais ça ne dépend pas que de moi et que du gouvernement, il faut désormais que le texte passe au Sénat", a-t-il déclaré jeudi sur 'BFMTV'.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !