Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Le paiement des impôts et amendes dans les bureaux de tabac généralisé mardi

Le paiement des impôts et amendes dans les bureaux de tabac généralisé mardi

Les particuliers pourront désormais acquitter leurs impôts, amendes, factures de cantine scolaire, d'hôpital, de crèche ou de piscine chez leur buraliste...

Le paiement des impôts et amendes dans les bureaux de tabac généralisé mardi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le paiement généralisé débarque mardi 28 juillet dans tous les bureaux de tabac du territoire... Après une expérimentation dans 18 départements, le paiement des impôts, de la facture de cantine et d'autres services de la vie quotidienne chez le buraliste sera possible dans 4.700 établissements partenaires du dispositif, comme le rapporte 'Europe 1'.

Pour pouvoir utiliser ce service, il faudra vérifier que la facture comporte un QR code et se rendre dans un bureau de tabac équipé de machines de la Française des Jeux, dont la liste est détaillée auprès du centre des finances publiques local ou sur le site impots.gouv.fr. Cette procédure permettra de tracer le paiement et ainsi prévenir l'administration que la somme a bien été versée.

Ce "paiement de proximité" devait être généralisé en France au 1er juillet. Mais avec la crise sanitaire, le calendrier initial a été quelque peu chamboulé. Jusqu'ici, seuls les établissements pilotes le proposaient.

Une somme à payer inférieure à 300 euros

Le paiement pourra se faire par chèque, carte bancaire ou espèce. Ce dispositif, mis en oeuvre par le ministère de l'Action et des comptes publics, est valable pour régler le solde des impôts (impôts sur le revenu, taxe foncière, taxe d'habitation, etc.), mais à condition que le montant soit inférieur à 300 euros. Au-delà de 300 euros, le paiement en ligne est en effet obligatoire.

Selon la direction des finances publiques (DGFiP), le nombre de transactions qui pourraient être effectuées ainsi en année pleine, pour l'essentiel des factures (hôpital, crèche, cantines etc.) est estimé à 2 millions. Saluée par les buralistes, cette nouveauté, qui permettrait de compenser la fermeture de certains établissements en milieu rural, n'est toutefois pas vue d'un bon oeil par certains syndicats.

"Une double privatisation"

Contacté par '20 Minutes' en février dernier, Olivier Brunelle, secrétaire général adjoint du syndicat Force ouvrière de la Direction générale des finances publiques avait rappelé qu'à la DGFiP, l'identité du payeur est "systématiquement" vérifié alors que "les buralistes ne pourront pas le faire". De plus, "vu la taille des établissements, il est difficile de cacher l'écran où s'affiche le montant à régler", avait-il ajouté...

"Ce qui était fait 'gratuitement' auparavant deviendra payant pour l'Etat", avait également estimé Olivier Brunelle. Selon lui, "il s'agit d'une double privatisation, puisque les buralistes vont toucher 1,50 euros HT par opération. Mais la Française des Jeux aussi aura sa part, et on ne sait même pas ce qu'elle représente"...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !