»
»
»
Consultation

Le moral des dirigeants de PME et ETI reste au plus haut en France

Le moral des dirigeants de PME et ETI reste au plus haut en France

La confiance enregistre un léger tassement au mois d'avril, mais reste à des niveaux très élevés...

Le moral des dirigeants de PME et ETI reste au plus haut en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La confiance des dirigeants de PME et d'entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises est toujours au plus haut, même si elle enregistre un léger repli en avril, selon l'observatoire OpinionWay-Banque Palatine à paraître ce jeudi dans le magazine "Challenges".

Une écrasante majorité (86%) de patrons de PME et ETI se déclarent confiants pour les perspectives d'activité à six mois de leur propre entreprise. Cette proportion recule néanmoins de quatre points par rapport au record de 90% atteint en mars. Malgré cette correction, le niveau de confiance reste très élevé : il dépasse 85% depuis près d'un an et dépasse de quatre points sa marque d'avril 2017.

Les dirigeants atteignent le même score (86%, soit -1 point sur un mois) quand ils sont interrogés sur leur optimisme pour l'économie française, alors que seuls 45% d'entre eux partageaient cet avis il y a un an, avant le rebond qui a accompagné les élections présidentielle et législative de 2017.

Proche des records

Concernant les perspectives de l'économie mondiale, le niveau de confiance est stable, cédant seulement un point à 81%.

L'indice qui synthétise les perspectives d'investissement (+1 point, à 126) affiche sa troisième meilleure performance depuis le lancement de cette enquête mensuelle en 2010, non loin de son record de 129 atteint en février.

Niveau historique

Les intentions des entreprises en matière d'emploi restent également à un niveau historiquement élevé, les dirigeants de PME et ETI interrogés restant plus nombreux à envisager d'accroître leurs effectifs salariés dans les six mois à venir (25%) que ceux qui prévoient de les réduire (4%).

Pierre-Yves Dréan, directeur général de la Banque Palatine, note que "les entrepreneurs souhaitent encore accélérer" et que l'exécutif doit donc "passer rapidement à une deuxième phase de réformes". "L'issue des mouvements sociaux actuels est donc peut être un signe important pour la suite du quinquennat", souligne-t-il...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com