Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Le marché du travail en pleine fracture en France

Le marché du travail en pleine fracture en France

De plus en plus d'embauches se font en CDD... Dans certains secteurs, comme la restauration, leur durée est d'à peine 15 jours, renforçant la précarité des salariés...

Le marché du travail en pleine fracture en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Si le CDI demeure le contrat de travail majoritaire en France, la plupart des embauches se font désormais en contrats courts, renforçant "la dualisation du marché du travail en fragilisant une partie de la population active", souligne 'France Stratégies' dans une étude.

L'organisme, rattaché aux services du Premier ministre, appelle donc à relancer le débat de la "flexisécurité" afin d'encourager et de favoriser le maintien dans l'emploi des publics les plus exposés.

Les transitions de l'emploi vers le chômage ont été "près d'une fois et demie plus nombreuses entre 2008 et 2009 qu'avant la crise économique et financière" et sont désormais au-dessus de leur moyenne, soulignent les auteurs de l'étude.

Ces allers-retours plus fréquents entre emploi et chômage "reflètent pour partie des changements intervenus dans le mode de gestion de la main-d'oeuvre des entreprises", ajoutent-ils, exposant davantage certaines branches d'activité.

Les services particulièrement exposés

Si la "banque-assurance" offre des situations stables, les salariés des métiers de la communication et des arts, de l'agriculture et de l'artisanat ou de l'hôtellerie et de la restauration sont beaucoup plus exposés à la précarité de l'emploi.

Ainsi, le secteur des services embauche huit fois plus en CDD que l'industrie (63% contre 8%), afin de mieux tenir compte des aléas conjoncturels. Des contrats bien souvent renouvelés plusieurs fois et qui n'ouvrent pas la voie au CDI.

La nature du contrat à lui seul n'explique pas l'importance du passage de l'emploi vers le chômage dans les services. Il se justifie également par la durée des contrats courts. Concernant les CDD et missions d'intérim, celle-ci est en effet plus faible dans les services (deux semaines) que dans l'industrie (9 semaines) ou la construction (13 semaines).

Les jeunes et les ouvriers peu qualifiés en 1ère ligne

Quand bien même certains salariés parviennent à décrocher un CDI, les jeunes et les individus peu qualifiés demeurent plus exposés que les autres à la précarité. Ainsi, plus d'un tiers des CDI "ont été rompus avant leur première année en 2011 (36%), proportion en hausse par rapport aux recrutements en CDI de 2007 (34%). Ces ruptures précoces des CDI (moins d'un an) sont surtout le fait des jeunes", indique la note.

Les changements "d'employeur à employeur" exposent aussi davantage les ouvriers peu qualifiés que les cadres (15% contre 4% sur la période 2008-2014).

Dans ce contexte économique particulièrement tendu, de plus en plus de chômeurs préfèrent se tourner vers le non salariat lors d'une reprise d'activité, notamment grâce à la création du statut d'autoentrepreneur. Leur part est passée de 5% sur la période 2003-2008 à 7% entre 2008 et 2014...

©2016-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !