»
»
»
Consultation

Le gouvernement se réjouit du rebond de la croissance au T2, l'opposition temporise...

Le gouvernement se réjouit du rebond de la croissance au T2, l'opposition temporise...

Au deuxième trimestre, le PIB a crû davantage que prévu, affichant une hausse de +0,5% contre +0,2% attendu...

Le gouvernement se réjouit du rebond de la croissance au T2, l'opposition temporise...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Contre toute attente, la croissance française a rebondi davantage que prévu sur la période avril-juin de +0,5%, d'après la première estimation publiée ce mercredi par l'INSEE. La Banque de France visait une progression de seulement +0,2%, après -0,2% enregistré au cours des deux précédents trimestres. Les observateurs appellent cependant à la prudence : si ce chiffre est encourageant, il ne s'agit que d'une première estimation et il demeure insuffisant pour faire reculer le chômage. L'acquis de croissance pour l'ensemble de l'année est ainsi de seulement +0,1%, soit le chiffre visé par Bercy...

Soutien de la consommation

Le rebond de la croissance observé s'explique par le soutien de la demande intérieure finale qui a contribué à la hausse du PIB pour +0,3 point de croissance, après -0,1 point au trimestre précédent. En revanche, l'investissement (FBCF) n'est pas encore au rendez-vous : il diminue encore de 0,5% après -1% au premier trimestre. Enfin, le commerce extérieur contribue nullement à la croissance de ce deuxième trimestre.

Appel à la "modestie" de l'opposition...

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, "s'est réjoui" de ce net rebond de la croissance, relevant que "le redémarrage de l'activité résulte à la fois d'une amélioration de la conjoncture européenne et d'un raffermissement de la demande intérieure". "Le rebond de croissance de +0,5% est plus important que la moyenne de la zone euro. Cela ne veut pas dire qu'il faut s'en contenter, il faut poursuivre, amplifier la bataille pour la croissance", a ajouté le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Rattrapage technique

Dans l'opposition, on recommande la prudence... "Je voudrais appeler le ministre de l'Economie à plus de modestie", a déclaré ce matin sur RMC, le vice-président délégué de l'UMP, Luc Chatel. Selon lui, il s'agit surtout d'un rattrapage "technique". "Les investissements, l'activité économique réelle ne reprennent pas", a-t-il martelé.

"C'est un bon signe mais ça n'empêchera pas la France d'être en récession en 2013", a ajouté le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi sur iTélé. "On est encore très loin des 1,5% nécessaire" pour faire reculer le chômage", a-t-il ajouté. D'ailleurs, l'Insee a également publié son estimation flash pour l'emploi au deuxième trimestre : le repli s'est poursuivi dans les secteurs marchands non agricoles, avec 27.800 emplois perdus, ce qui correspond à une baisse de 0,2%...

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com