»
»
»
Consultation

Le dossier médical partagé va-t-il enfin décoller ?

Le dossier médical partagé va-t-il enfin décoller ?

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé mardi la généralisation du Dossier médical partagé (DMP), qui avait été lancé en... 2004 mais n'a pas vraiment décollé. Cette fois, le gouvernement vise les 40 millions de dossiers en quatre ans.

Le dossier médical partagé va-t-il enfin décoller ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Agnès Buzyn a donné mardi le coup d'envoi à la généralisation du Dossier médical partagé (DMP), qui permet de centraliser les données d'un patient sur un support numérique. Le DMP existe de fait depuis 2004, créé par le ministre de la Santé de l'époque, Philippe Douste-Blazy. Mais en 14 ans, il a séduit moins de 2 millions de patients.

Un historique du dossier médical du patient

La ministre de la Santé entend donc relancer le projet à grande échelle, visant la création de 40 millions de dossiers d'ici à 4 ans. Elle a expliqué à la presse que le DMP "doit devenir demain une évidence pour tous les Français, un peu comme l'est devenue la carte Vitale".

"Il se présente notamment comme une réponse efficace à une anomalie constatée depuis très longtemps, qui est que les Français ne disposent pas de l'historique de leur dossier médical", a-t-elle ajouté. "Cette situation engendre (...) des pertes de temps, des pertes d'informations et parfois même des pertes de chances", a ajouté Mme Buzyn.

Le consentement du patient indispensable

Ce carnet de santé nouvelle génération vise à favoriser la coordination des soins entre les praticiens, en ville, comme à l'hôpital. Il n'est pas obligatoire et ne pourra être créé qu'après le consentement du patient, a précisé le ministère.

Une fois ouvert, il peut être consulté par le patient sur internet ou sur une application, par un professionnel de santé, dans une pharmacie, ou bien dans un des centres d'accueil des Caisses primaires d'assurance maladie (CPAM).

Seuls les professionnels et le patient auront accès

Outre les informations apportées par les professionnels (synthèses médicales, comptes rendus d'hospitalisation, résultats d'analyses ou d'examens, etc.), il sera automatiquement alimenté par l'Assurance maladie à partir de l'historique des soins et des traitements remboursés dans les 24 derniers mois, précise le dossier de presse.

Le patient peut par ailleurs ajouter des renseignements utiles à son dossier médical (groupe sanguin, allergies, etc.). Il peut aussi choisir les professionnels de santé qui auront le droit d'accéder à son dossier. Il peut aussi s'opposer à ce qu'une information y soit versée ou en masquer une autre, sauf pour son médecin traitant. A noter que seuls les professionnels et le patient auront accès au dossier. Les laboratoires pharmaceutiques, mutuelles, banques ou assurances ne pourront en aucun cas l'exiger.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com