Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

La sortie de la Grèce de la zone euro n'est qu'une question de temps, dit Greenspan

La sortie de la Grèce de la zone euro n'est qu'une question de temps, dit Greenspan

L'ancien président de la Fed estime inévitable une sortie de la Grèce de la zone euro.

La sortie de la Grèce de la zone euro n'est qu'une question de temps, dit Greenspan
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'ancien patron de la Fed américaine a livré ses pensées sur la Grèce. Alan Greenspan, qui avait dénoncé dès 1996 "l'exubérance irrationnelle" des marchés boursiers, sans pouvoir empêcher l'éclatement de la bulle internet en 2000, a estimé que la seule issue de la crise grecque actuelle sera la sortie de la Grèce de la zone euro. "Il s'agit d'une crise et je ne pense pas qu'elle puisse être résolue facilement, en fait je ne pense pas qu'elle puisse être résolue sans une sortie de la Grèce de la zone euro", a-t-il ainsi déclaré dans un entretien diffusé dimanche par la radio britannique 'BBC'..."Je ne pense pas que cela les aide d'être dans l'euro et je ne vois certainement pas comment cela peut aider le reste de la zone euro. Et je pense qu'il s'agit juste d'une question de temps avant que chacun ne réalise que se séparer est la meilleure stratégie", a-t-il ajouté.

M. Greenspan, qui a présidé la Fed de 1987 à 2006, a également estimé que la zone euro ne pourra survivre sous sa forme actuelle sans une intégration politique plus poussée...L'intervention de Greenspan coïncide avec le retour des tensions sur la Grèce, à l'issue d'une tournée européenne des nouveaux dirigeants grecs issus de la gauche radicale, la semaine dernière... Cette tournée s'est soldée par un constat de désaccord sur la renégociation de la dette grecque réclamée par Athènes. Même si la France et l'Italie ont soutenu Athènes sur le principe d'une politique favorable à la croissance, l'ensemble des dirigeants européens ont insisté pour qu'Athènes rembourse sa dette de 315 milliards d'euros...

Un sommet européen prévu jeudi à Bruxelles

Alexis Tsipras, le Premier ministre issu du parti de la gauche radicale Syriza, continue de réclamer une restructuration de cette dette ainsi qu'un crédit-relais pour permettre à son pays de franchir les prochaines étapes financières sans faire défaut... Il ne paraît toutefois pas être en position de force face à l'Allemagne, le principal créancier d'Athènes, qui a enjoint le gouvernement grec de reprendre ses négociations avec la troïka de ses créanciers (UE, BCE, FMI). Alexis Tsipras doit rencontrer pour la première fois Angela Merkel, ce jeudi, à l'occasion d'un sommet européen prévu à Bruxelles.

Alexis Tsipras a déclaré qu'il n'accepterait pas une prolongation du programme d'aide financière dont bénéficie son pays sous l'égide de la troïka. Les taux des emprunts d'Etat grecs se sont envolés à nouveau, alors que les marchés envisagent une nouvelle fois un "Grexit"...

©2015-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !