»
»
»
Consultation

La retraite à taux plein, pas avant... 64 ans ?

La retraite à taux plein, pas avant... 64 ans ?

Le gouvernement aurait décidé de porter l'âge de la retraite à taux plein de 62 à 64 ans, selon la presse. L'âge légal de départ resterait bien 62 ans, mais une décote s'appliquerait jusqu'à 64 ans. Cependant, rien n'est encore définitivement tranché

La retraite à taux plein, pas avant... 64 ans ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Si l'âge légal de la retraite restera comme promis fixé à 62 ans, il ne permettra plus de toucher une retraite pleine... Selon des informations du magazine 'Challenges', confirmées vendredi par d'autres sources proches du dossier, le gouvernement aurait décidé de fixer à 64 ans l'âge qui permettra de partir à la retraite à "taux plein" dans le futur régime universel à points, qui doit entrer en vigueur en 2025.

Selon ces sources, le gouvernement introduirait un mécanisme de décote-surcote autour de cette borne d'âge pour que les affiliés partent en moyenne à 64 ans. Ils pourront donc toujours partir à 62 ans, qui restera l'âge légal, mais leur pension subira une décote...

64 ans, âge de l'équilibre financier du régime des retraites

Le but est biens sûr d'inciter les Français à cotiser plus longtemps, et ainsi de financer le système de retraite qui risque toujours d'être déséquilibré. La décision pourrait encore changer à la dernière minute, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

L'entourage de la ministre des Solidarités Agnès Buzyn affirmait vendredi que "contrairement à ce que 'Challenges' affirme, les arbitrages ne sont pas rendus à ce stade'.

Le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a estimé que 64 ans correspond à l'âge d'équilibre financier du régime de retraites. Cependant, il souhaitait instaurer uniquement une surcote à partir de l'âge légal de départ à la retraite (62 ans donc,) une idée considérée comme moins punitive et qui était chère aux organisations syndicales.

Sur le modèle de la réforme des régimes Agirc-Arrco?

Mais pour le gouvernement, un système qui ne prévoirait qu'une surcote reviendrait à supprimer la notion du taux plein, qui est une référence très utilisée, et pourrait mettre le système en danger.

En outre, cette borne de 64 ans serait décalée d'un mois par génération pour tenir compte de l'augmentation de l'espérance de vie, ce qui ferait passer progressivement l'âge de la retraite à taux plein à 65 ans à l'horizon de 2037.

Un mécanisme similaire de décote-surcote existe déjà pour les retraites complémentaires du secteur privé gérées par l'Agirc-Arrco. Depuis le 1er janvier 2019, les salariés du secteur privé, nés à partir de 1957, voient leur pension complémentaire diminuée de 10% pendant trois ans s'ils prennent leur pension à l'âge légal de 62 ans. S'ils partent à l'âge de 63 ans, ils bénéficient de leur pension complète et s'ils partent après 64 ans, ils ont droit à une surcote pendant un an.

Une mesure punitive pour la CGT et FO

Les premières réactions des syndicats étaient pour le moins réservées à la lecture de ces informations. FO et la CGT, qui rejettent toutes deux le principe d'un nouveau régime en points, y voient une mesure doublement punitive, tandis que la CFDT ne voit pas la nécessité d'un tel dispositif.

"Alors que le Président de la République affirme ne pas vouloir toucher à l'âge légal à 62 ans, il se prépare le recul des départs en retraite d'abord à 64 ans puis 65 ans", écrit la CGT dans un communiqué, appelant à une mobilisation pour le retour d'un "droit effectif de départ à 60 ans".

"Cela démontre que la réforme est avant tout financière afin de faire des économies sur le dos de tous les futurs retraités", poursuit le syndicat...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com