La rémunération des patrons du CAC 40 a grimpé de 52% en 2021

La rémunération des patrons du CAC 40 a grimpé de 52% en 2021

Niveau record pour les dirigeants de sociétés cotées

La rémunération des patrons du CAC 40 a grimpé de 52% en 2021
Crédit photo © iStock

(Boursier.com) — La rémunération totale moyenne des patrons de l'indice CAC 40 a augmenté de 52% en 2021 par rapport à 2019 (avant la crise sanitaire). Avec un montant total de 7,9 millions d'euros, il s'agit d'un record depuis 15 ans, selon le dernier rapport dédié de Proxinvest.

Ce "rebond post-crise sanitaire" s'observe via "une forte hausse des rémunérations médianes et moyennes dans tous les indices (CAC 40 et SBF 120 sur les 120 plus grandes sociétés cotées en France)", peut-on lire dans cette étude.

Le calcul de Proxinvest valorise l'ensemble des formes de rémunération des dirigeants (fixe, bonus annuel, jetons, avantages en nature, stock-options et actions gratuites de performance valorisées à leur date d'attribution, intéressement en numéraire et autres formes indirectes de rémunération).

Les bonus s'envolent !

La rémunération fixe moyenne est en hausse de 1,5% dans le SBF 120, et de 4,2% dans le CAC 40 (par rapport à 2019), atteignant des records historiques dans chacun de ces indices. C'est surtout la hausse du bonus annuel moyen qui mérite d'être soulignée : +19,9% dans le SBF 120 et +33,6% dans le CAC 40 par rapport à 2019, atteignant, elle aussi, des records historiques dans chacun de ces indices !

Pour 74% des sociétés du SBF 120, le bonus annuel ne dépasse pas la limite de la politique de vote de Proxinvest (150% du fixe). La valeur moyenne des attributions d'options et actions atteint elle aussi son plus haut historique en 2021 : +39,6% dans le SBF 120 par rapport à 2019.

Stellantis et Dassault Systèmes au plus haut

Le Directeur Général de Stellantis, Carlos Tavarès, prend la tête du classement avec la plus forte rémunération totale jamais observée par Proxinvest : 66,7 million s d'euros (19,15 millions d'euros selon la société). La résolution d'approbation de cette rémunération a été rejetée lors de l'assemblée générale, mais la société n'étant pas de droit français, ce rejet n'a eu aucune conséquence à ce jour...

Le Directeur Général de Dassault Systèmes, Bernard Charlès, est deuxième du classement avec une rémunération totale de 44,1 millions d'euros, en hausse de 114%. Là aussi, cette enveloppe est toujours contestée par une majorité des actionnaires minoritaires.

Troisième du classement, Daniel Julien, Président Directeur Général de Teleperformance, présente une rémunération totale de 19,6 millions d'euros (+15%), approuvée à 85,6% par les actionnaires. Elle se caractérise par la rémunération fixe (2,2 millions d'euros) la plus élevée du CAC 40, un bonus annuel versé à son maximum, une hausse de la valeur des actions de performance attribuées (15,1 millions d'euros) et l'écart de rémunération avec les salariés le plus important du CAC 40...

François-Henri Pinault, Président Directeur Général de Kering, atteint la quatrième place du classement avec 12 millions d'euros selon Proxinvest (5,7 millions d'euros selon la société). Le cabinet prend en compte la convention d'assistance conclue avec sa holding Artémis d'un montant de 6,3 millions d'euros (+34%).

Enfin, Paul Hudson, Directeur Général de Sanofi, occupe la cinquième place de ce classement avec une rémunération totale de 8,96 millions d'euros. "Si les montants en jeu chez Sanofi sont en ligne avec les pratiques des sociétés avec lesquelles la société se compare, Proxinvest relève toutefois qu'en termes de capitalisation boursière, Sanofi est bien plus petite que ces sociétés", peut-on lire dans le communiqué.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !